1 000 pédophiles piégés par une fillette virtuelle

L’ONG Terre des hommes a réussi à identifier plus de 1 000 pédophiles par l’intermédiaire d’une fillette philippine virtuelle. Environ 20 000 prédateurs auraient tenté d’entrer en contact avec l’enfant.

0
3416
Voici le visage de Sweetie, fillette virtuelle créée par l'ONG Terre des hommes. ©DR

Elle s’appelle Sweetie. Elle est Philippine, est âgée de dix ans. Ce que les internautes ignorent, c’est qu’elle n’existe pas vraiment. Afin de traquer les pédophiles, la branche néerlandaise de Terre des hommes – ONG d’aide à l’enfance – a créé une fillette virtuelle, allant même jusqu’à imaginer son visage. Une information révélée hier par son directeur, Albert Jaap van Santbrink, à l’occasion d’une conférence de presse à La Haye. 20 000 personnes auraient contacté l’enfant, prêts à payer pour la voir exécuter des actes sexuels par webcam.

1 000 prédateurs « facilement » identifiés par l’ONG

L’enquête s’est étalée sur dix semaines. Les individus repérés sont issus d’Amérique, d’Europe, mais aussi d’Inde, de Corée du Sud, du Japon… Au total, 71 pays différents ont été recensés. « Il y avait de tout, confie à l’AFP Albert Jaap Van Santbrink. Des hommes de 30 ans, 35 ans, 45 ans, 50 ans, des pères de famille, un musicien, un architecte, etc. » Plus de 1 000 prédateurs ont été « facilement » identifiés. L’organisation a pu dénicher des photos d’eux, leur numéro de téléphone et leur adresse. Les informations ont été transmises aux autorités concernées, Interpol en tête.

Sensibiliser la population au « tourisme du sexe avec enfant par webcam »

Hans Guyt, responsable de l’enquête, affirme avoir suivi « les procédures utilisées par les forces de police ». Les quatre personnes en charge du dossier se sont mises dans la peau d’une fillette de dix ans. Ils n’ont « montré aucun acte sexuel ». La conversation était stoppée dès que l’internaute proposait de payer pour voir l’enfant dénudée. L’ONG précise que les enquêteurs ne démarraient jamais un échange, ils attendaient d’être contactés.

> Lire aussi : Les Anonymous balancent une liste de pédophiles présumés

Terre des hommes s’indigne de l’absence de mobilisation contre ce qu’elle nomme « le tourisme du sexe avec enfant par webcam ». Pour elle, il est évident que les autorités sont en mesure de coincer plus de 1 000 individus : « Avec plus de ressources, nous aurions pu en identifier 10 000 », assure Hans Guyt. L’ONG a fait circuler une pétition à échelle internationale. Plus de 22 600 internautes se sont déjà mobilisés.

Dernière information – Interpol n’a reçu aucun élément pour le moment. « Les autorités néerlandaises transmettront ces données après les avoir elles-mêmes évaluées », a déclaré dans un communiqué l’organisation internationale.


> Lire aussi : Internet – la Grande-Bretagne en lutte contre la pédopornographie

Cécile David