12 grammes de cocaïne dans un cake Carrefour

Dans la liste des ingrédients d'un cake vendu par Carrefour en Argentine, on pouvait lire "12 grammes de cocaïne". Une mauvaise blague selon la direction de l'enseigne.

0
1842
Carrefour a commercialisé des cakes, en Argentine, portant la mention « cocaïne : 12 grammes » dans les informations nutritionnelles. ©ThinkStock

Après les spacecakes, gâteaux conçus avec du beurre de marijuana, vient le cake à la cocaïne commercialisé par Carrefour. Cette étrange histoire vient d’une erreur d’étiquetage. La chaîne de grande distribution Carrefour a commercialisé des cakes, en Argentine, portant la mention « cocaïne : 12 grammes » dans les informations nutritionnelles, aux côtés des quantités de glucides et de lipides.

> Lire aussi : Les Oréos aussi addictifs que la cocaïne

Le groupe français, qui compte plus de 500 magasins en Argentine, a alors rapidement présenté ses excuses à ses clients, assurant qu’il s’agissait d’une « plaisanterie de mauvais goût » de la part d’un employé d’un de ses fournisseurs. « Depuis Carrefour Argentine, nous souhaitons tranquilliser nos clients en leur assurant qu’il n’y a aucun composant étrange dans les cakes de la marque Carrefour », écrit dans un communiqué l’entreprise de la grande distribution, qui a aussitôt retiré de ses magasins les produits portant les étiquettes incriminées.

« Pablo Escobar doit regretter de ne pas y avoir pensé »

Alors que le trafic de drogue, notamment de cocaïne, reste un fléau en Amérique Latine (la saisie record de 1,3 tonne de marchandises le 11 septembre 2013 à l’aéroport international de Roissy nous le rappelle), les internautes eux, se sont amusés de la petite histoire.

> Lire aussi : Des pigeons de compétition belges positif à la cocaïne

Sur Twitter, il y a ceux qui plaisantent : « Si tu as acheté un cake affichant 12 g de cocaïne, et s’il n’y en a pas, Carrefour devrait t’indemniser pour vente frauduleuse ». Ceux qui imaginent le baron de la drogue Pablo Escobar regretter de ne pas avoir eu cette idée plus tôt. Et ceux qui s’inquiètent du sort de l’employé, redoutant qu’il soit renvoyé.

Laurie Ferrère