2001-2010 : « une décennie d’extrêmes climatiques »

Comme le rappelle un rapport de l'Organisation météorologique mondiale, la dernière décennie a connu de nombreuses catastrophes naturelles. Si les changements naturels de climat y sont pour quelque chose, l'OMM souligne le rôle du réchauffement climatique et des gaz à effet de serre.

0
1435
La dernière décennie a été celle de toutes les catastrophes naturelles ©ThinkStock

Alors que l’été et la chaleur peinent à s’imposer en cet été 2013, les Français ont du mal à se rappeler qu’il y a encore quelques temps, le soleil n’était pas aussi capricieux. Le bilan de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), nommé « Le climat dans le monde (2001-2010), une décennie d’extrêmes climatiques », sur fond de réchauffement climatique, est sans équivoque : entre 2001 et 2010, la Terre a connu des « phénomènes climatiques extrêmes à fort impact ».

« A l’exception de 2008, chacune des années de la décennie compte parmi les dix plus chaudes jamais enregistrées depuis le début des mesures systématiques en 1850, le record étant détenu par 2010 », annonce l’OMM, en précisant que ces températures élevées concernent aussi bien celles à la surface de la terre que de la mer.

« Faisant suite à une longue période caractérisée par un réchauffement prononcé du climat, cette décennie a vu plus de records nationaux de température battus que n’importe quelle autre décennie précédente », selon l’enquête.

2001-2010 : catastrophes naturelles en cascade

Dans son rapport, l’OMM évoque les différents phénomènes météorologiques que la planète a connus lors de la dernière décennie. Entre les vagues de chaleur sur l’Europe et la Fédération de Russie, l’ouragan Katrina en 2005 aux Etats-Unis, le cyclone Nargis en 2008 en Birmanie ou encore les grandes inondations de 2010 au Pakistan… La liste des catastrophes naturelles est longue.

Si les changements de températures naturels du climat sont à l’origine de certains phénomènes, l’OMM a mis en avant le rôle des gaz à effet de serre, en constante augmentation sur notre planète : « Les concentrations croissantes de gaz à effet de serre, dont la spécificité est de piéger la chaleur, sont en train de transformer notre climat, avec les bouleversements que cela suppose pour l’environnement et les océans, qui absorbent à la fois le dioxyde de carbone et la chaleur », souligne le secrétaire général de l’OMM, Michel Jarraud.

Mathilde Bourge