2nd tour de la Présidentielle : qui se rallie à qui ?

François Hollande et Nicolas Sarkozy sortent vainqueurs du premier tour de l'élection présidentielle. Certains candidats donnent déjà des consignes de vote pour le second tour. D'autres ne se prononceront pas.

0
3975
Le point sur les ralliements du 2nd tour ©Sipa

Les urnes ont parlé. Le socialiste François Hollande (28,8 %) et le président sortant Nicolas Sarkozy (26,1 %) se disputeront le second tour de l’élection présidentielle, comme l’avaient prédit les sondages. Le vote contestataire a néanmoins eu sa part belle : la candidate d’extrême-droite, Marine Le Pen, obtient 19,6 % des suffrages et le candidat du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, 11,7 %. La plupart des candidats déchus (et sûrement déçus !) ont déjà choisi leur camp pour le 6 mai. D’autres ne donneront aucune consigne de vote aux Français. Résumé.

Forte d’un score deux fois plus élevé que celui de son père en 2007 (18,5 %), la candidate de l’extrême-droite Marine Le Pen n’appelle à voter ni pour François Hollande, ni pour Nicolas Sarkozy. Pas question de se rallier à l’UMP : elle se voit comme l’unique « chef de l’opposition », dixit ses proches. Elle s’exprimera sur le duel UMP/PS lors du traditionnel rassemblement du 1er mai.

Pour Jean-Luc Mélenchon (11,7 %) et Eva Joly (2,3 %), le message est clair : à gauche toute ! Ils sont les deux seuls candidats à avoir clairement appelé les Français à voter pour François Hollande au second tour de l’élection présidentielle, mais chacun à leur façon. Lors de son discours place Stalingrad à Paris, hier soir, le candidat du Front de gauche n’a pas prononcé le nom du leader socialiste, mais a invité ses partisans à « battre Monsieur Sarkozy en utilisant le seul bulletin qui se trouve à notre disposition ». De son côté, la candidate d’Europe Ecologie-Les Verts a appelé ses militants « à tout faire pour que notre pays sorte enfin du sarkozysme, en se rassemblant autour de la candidature de François Hollande, qui doit désormais porter toutes les couleurs de la gauche et des écologistes. » Quatre jours après avoir organisé un « Sarko Tour » pour dénoncer les zones d’ombres du quinquennat de Sarkozy, ce ralliement n’est pas une surprise.

Selon Philippe Douste-Blazy, le principal soutien de François Bayrou (8,8 %), interrogé sur France 2, le candidat du MoDem ne se positionnera « probablement pas » pour le second tour. Néanmoins, dans son discours, le centriste a déclaré qu’il s’adresserait aux deux candidats sélectionnés : « Je vais leur dire ce qui est pour nous l’essentiel, en termes de valeurs, en termes d’actions à conduire, j’écouterai dans les jours qui viennent leurs réponses et je prendrai mes responsabilités ». Ces propos peuvent suggérer un éventuel ralliement.

Philippe Poutou (1,2 %) n’a pas appelé à voter Hollande, mais à combattre à Sarkozy… Le candidat anticapitaliste n’y va pas par quatre chemins :« Nous le disons clairement, il faut dégager Sarkozy et toute sa bande en votant contre lui. Mais cela ne signifie pas un quelconque soutien à la politique de François Hollande ». La candidate de Lutte ouvrière, Nathalie Arthaud (0,6 %), laisse ses électeurs voter « selon leur conscience ». UMP, PS… elle ne voit aucune solution préférable à l’autre pour le sort des travailleurs.

Nicolas Dupont-Aignan (1,8 %) et Jacques Cheminade (0,2 %) n’appeleront a priori à voter ni pour l’un, pour l’autre.

Julie Toury