3 millions de médicaments contrefaits

Lunettes de marque et vêtements de luxe étaient jusque-là la panache des contrefaiseurs. Aujourd'hui, les médicaments frauduleux représentent 8 à 10 % des produits saisis par les douanes.

0
1831
médicaments ©ThinkStock

On le sait tous, les produits de contrefaçon courent les rues ! Des lunettes Ray-Ban pour 5 euros, des ceintures Dolce & Gabbana pour 15 euros…pas besoin d’être un expert pour savoir que sous ces prix se cache une arnaque.

Si ces imitations sont susceptibles de condamnations pour les fabricants car elles engendrent un manque à gagner estimé de 200 à 300 milliards d’euros par an dans le monde ( 6 milliards d’euros en France) ils n’ont en revanche aucune répercussion sur notre santé.

En revanche, un nouveau produit est touché par ce domaine et les conséquences pourraient être dramatiques. Les médicaments se font de plus en plus communs sur le marché de la contrefaçon.

8,9 millions d’objets de contrefaçons en 2011

Au cours d’une conférence de presse à Paris, marquant la 14e journée mondiale anti-contrefaçon, Christian Peugeot, président de l’Union des Fabricants (Unifab), a déploré que la contrefaçon soit « devenue un phénomène international, organisé, structuré par les mêmes acteurs que celui du trafic de drogue et touche tous les domaines d’activité […]. C’est un fléau majeur ».

Selon l’Unifab, en 2011, 8,9 millions de faux objets ont été saisis, soit une augmentation de 42 % par rapport à 2010.

En Europe, près de 103 millions d’objets contrefaits ou piratés ont été interceptés par les douanes en 2010, contre 75 millions en 2005. En outre, l’Unifab constate une hausse de 82% des affaires liées à la contrefaçon, mais une baisse de 12% des articles interceptés.

Internet serait l’une des raisons principales de l’évolution de la contrefaçon, puisqu’il permet l’écoulement d’une large partie des stocks pour les revendeurs.

Des médicaments de contrefaçon

Les produits de luxe étaient, jusqu’alors, les objets favoris pour les contrefaiseurs. Mais ces derniers temps, des saisies nouvelles ont interpelé les autorités. Les médicaments de contrefaçon constituent aujourd’hui 8 à 10 % du marché pharmaceutique, pour un bénéfice estimé à 75 milliards d’euros pour les fraudeurs, selon les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé. Rien qu’en France, près de 3 millions de produits frauduleux ont été saisis par les douanes en 2010.

« L’année 2010 a marqué un point de rupture. Les douaniers ont intercepté un nombre significatif de médicaments contrefaits, alors qu’auparavant, ces produits représentaient une part anecdotique des prises », explique-t-on chez Unifab.

Les conséquences sur la santé de la population pourraient être dramatiques.

Mathilde Bourge