30 000 femmes invitées à se faire retirer leurs implants mammaires PIP

Suite à la découverte de plusieurs cas de cancer, les autorités de santé invitent les femmes porteuses d'implants mammaires PIP à se les faire retirer "par prévention".

0
3875
30 000 femmes invitées à se faire retirer leurs implants mammaires PIP ©ThinkStock

Les 30 000 femmes porteuses d’implants mammaires de la marque Poly Implants Prothèses (PIP) doivent se les faire retirer, « par prévention », indiquent les autorités. Cette décision a été prise par la Direction générale de la santé et l’Institut national du cancer, après la découverte de cas de cancer chez huit patientes. Ces prothèses défectueuses, fabriquées avec de la silicone à usage non-médical, sont soupçonnées d’avoir causé le décès d’au moins une femme. Fin novembre, une information judiciaire avait été ouverte après le dépôt d’environ 2000 plaintes.

Ne pas céder à la panique

La question reste : comment retrouver toutes les femmes portant des prothèses PIP ? Les chirurgiens sont mis à contribution pour recontacter leur clientes, mais le processus risque d’être long. En même temps, « il ne faut pas inquiéter et laisser penser aux femmes qu’il faut enlever les implants en urgence, dans les vingt-quatre heures. Il y a tout un accompagnement à mettre en place », explique dans Libération le DJean-Yves Grall, directeur général de la santé.

Les opérations prises en charge

Les femmes devant se faire retirer leurs implants mammaires ne débourseront pas un centime pour cette opération. En revanche, la pose de nouvelles prothèses ne sera pas forcément prise en charge. La Sécurité sociale ne remboursera que les interventions réparatrices (après un cancer du sein), non celles d’ordre esthétique.

Testez vos connaissances sur les faux seins !

 

JT