45 000 boîtes de médicaments ont disparu dans un hôpital du 93

45 000 boîtes de médicaments auraient disparu dans un hôpital psychiatrique de Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis). La direction de l’établissement a porté plainte. Une enquête est en cours.

0
1890
Parmi tous les médicaments disparus figurent près de 2 000 boîtes de Levothyrox, prescrit dans le traitement de diverses pathologies thyroïdiennes. - crédit photo : Fuse ©ThinkStock

Lundi 13 janvier, la direction de l’hôpital psychiatrique de Ville-Evrard, à Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis), a signalé la disparition d’environ 45 000 boîtes de médicaments. Ce sont les responsables de la pharmacie de l’établissement qui ont donné l’alerte. Une enquête a été ouverte.

2 000 boîtes de Levothyrox envolées

Les médicaments concernés sont des antibiotiques, des anti-inflammatoire, des somnifères, des antidiabétique et des antidouleurs. Parmi tous ces comprimés envolés figurent du Valium, du Lexomil, du Doliprane et, plus inquiétant, près de 2 000 boîtes de Levothyrox, prescrit dans le traitement de diverses pathologies thyroïdiennes. En août 2013, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, expliquait que le médicament rencontrait « quelques difficultés locales de disponibilités ». S’il s’agit d’un vol, « [les auteurs du délit] ont, sans doute, alimenté une filière parallèle de revente, indique au Parisien une source proche du dossier. Tous les moyens sont engagés pour remonter la piste de ces voleurs ». La direction de l’hôpital a décidé de porter plainte.

Vol ou erreur logistique ?

Officiellement, les raisons de cette disparition sont encore inconnues : « Est-ce que ça découle d’une mauvaise gestion du stock de médicaments sur une longue durée ou bien d’un vol à proprement parler ? Il est encore trop tôt pour le dire », précise à l’AFP une autre source.

> Lire aussi : États-Unis – un laboratoire égare un virus mortel

L’hôpital de Ville-Evrard est l’un des établissements hospitaliers les plus grands de France. 2 400 salariés et environ 240 médecins y travaillent.

> Lire aussi : 539 médicaments exposés à une pénurie

Damien Rigat