500 astéroïdes menacent la Terre : comment se défendre ?

500 astéroïdes menaceraient la Terre, préviennent les scientifiques de l'Agence spatiale européenne (ESA). Les spécialistes du sujet se sont rassemblés cette semaine en Italie afin de mieux évaluer le danger et se préparer au pire des scénarios.

0
1763
Le première solution envisagée pour sauver la Terre en cas d'impact serait de dévier la trajectoire de l'astéroïde en le poussant avec un autre objet céleste. ©ShutterStock

On se croirait dans un récit à la Armageddon. Dans le film, une équipe de foreurs menée par Harry Stamper (Bruce Willis) est chargée d’une mission colossale : stopper un astéroïde prêt à s’écraser sur notre planète. Dans la réalité, ce n’est pas un mais 500 astéroïdes qui seraient susceptibles de nous menacer. Un risque identifié par des experts de l’Agence spatiale européenne (Esa) et des scientifiques de la Nasa, réunis cette semaine à Frascati (Italie) au siège du centre de recherches sur Terre de l’Esa. Objectif : réunir leurs connaissances sur le sujet et réfléchir à une technique de défense. Juste au cas où.

Ces astéroïdes pourraient percuter la Terre dans un délai de 100 ans

Ces centaines de morceaux de roches, de métaux et de glace « pourraient, dans un délai de 100 ans, éventuellement toucher la Terre », explique à l’AFP Detlef Koschny, chef de secteur NEO (Near Earth Objects : « objets proches de la Terre ») à l’Esa. Il précise cependant que « la probabilité est très faible, dans certains cas de 1 sur 1 million ».

Le risque, quoique seulement potentiel, est pris avec beaucoup de sérieux par les astronomes. « En cas de danger réel, nous avons deux solutions actuellement envisageables », annonce l’expert.

Détruire l’astéroïde ou dévier sa trajectoire ?

La première méthode serait « l’accident de circulation cosmique ». La trajectoire d’un astéroïde pourrait être contrôlée pour que le corps céleste puisse venir enquiquiner l’astéroïde menaçant et le dévier petit à petit de la Terre. Baptisé « Aida », le projet a été présenté la semaine dernière par l’Esa et la Nasa.

L’autre méthode de défense considérée serait plus proche du scénario d’Armageddon puisqu’il s’agit de la destruction de l’astéroïde grâce à une explosion nucléaire. Detlef Koschny indique que les scientifiques sont « en mesure de toucher tous les objets d’un diamètre supérieur à 100 mètres ». Mais contrairement au film de Michael Bay, l’envoi d’une capsule habitée serait écartée. « Nous allons probablement vers des satellites autoguidés par une caméra car nous n’aurions pas le temps de les diriger depuis la Terre. »

Investir dans ce genre de travaux n’est-il pas superflu ? La recherche de solutions pour sauver notre planète ne serait-elle pas, au fond, qu’un petit jeu entre scientifiques passionnés ? Pas du tout. Il y a dix ans, « la défense planétaire était un hobby (…). Aujourd’hui, c’est devenu une préoccupation globale », assure à l’AFP William Ailor, coprésident de la Planetary Defence Conference (PDC). Des simulations ont d’ailleurs déjà été réalisées afin d’identifier toutes les variantes possibles et la technique de défense la plus adaptée à chacune d’elles.

Menace d’astéroïdes : préparer les politiques, la population et la presse

Si une solution technique est mise en point, elle seule ne suffirait pas. En effet, les décideurs publics (conseillers scientifiques des politiques, représentants des populations concernées et la presse) ont eux aussi un rôle jouer. L’Esa envisage de les préparer à un éventuel impact d’astéroïde pour qu’ils aient conscience des conséquences qu’un tel événement entraîneraient, comme la protection des habitants et des infrastructures mais aussi la réparation des dégâts.

« C’est très difficile, constate Debbie Lewis, experte en gestion des catastrophes. Nous avons besoin d’accords (…) au niveau international. Nous devons être mieux préparés. Le réveil a déjà sonné mais nous nous obstinons à l’éteindre. »

Lire aussi :

La traque des astéroïdes dangereux est insuffisante

Astéroïdes : le risque d’impact revu à la hausse

Cécile David