96 % des médecins français utilisent Google

Les professionnels de la santé sont les premiers à maudire Internet, mais ne sont pas les derniers à y avoir recours. Selon une étude publiée ce mardi, 96 % des médecins généralistes français consultent Google pour obtenir des informations médicales.

0
1405
96 % des médecins français consultent Google pour obtenir des informations médicales. ©ThinkStock

Les phrases commençant par “J’ai lu sur Internet que”, les médecins en ont une sainte horreur. Bien souvent, le web ne fait qu’exacerber les peurs des patients, sans poser de véritable diagnostic selon eux. Surprise, donc, en découvrant le premier baromètre “web et santé” publié ce mardi 23 avril. D’après les auteurs de l’enquête, Listening Pharma (institut d’études spécialisé dans la santé) et Hopscotch Digital (agence de communication), 96 % des médecins généralistes français utilisent Google pour accéder à des informations médicales. 25 % déclarent le faire plusieurs fois par jour.

Consultation Google pour les médecins

Les pages consultées par les médecins sont majoritairement des sites officiels. Dans leur top 3 : le site de la Haute autorité de santé (HAS). Les médecins s’informent sur les produits, les nouveautés, les laboratoires et parfois s’aident durant les consultations. Mais ils se détournent des sites d’information générale et des réseaux sociaux.

Les patients, eux, font tout l’inverse : ils s’informent en priorité sur les sites les mieux référencés par Google, qui ne sont pourtant pas les plus fiables. Lors de recherches liées à la santé, Wikipedia arrive en première page dans 100 % des cas, Doctissimo dans 84 % des cas, l’OMS dans 30 % des cas et le site du ministère de la santé dans seulement 9 % des cas.

Cancer : mot clé médical le plus recherché dans Google

En médecine, les thèmes les plus recherchés sur Internet sont « cancer » (1,5 million de requêtes mensuelles sur les 12 derniers mois), « sida » (550 000), « diabète » (368 000) et « dépression » (368 000). Globalement, le sujet le plus traité concerne les troubles mentaux, tout média confondu.

Sur la Toile, ce sont les internautes qui génèrent le plus de contenus médicaux. Sur la totalité des données disponibles, 80 % sont conçus par les cybernautes. Facebook accapare 51 % des contenus sur le sujet, contre 29 % pour Twitter. Sur les réseaux sociaux, les thèmes favoris sont le diabète et les maladies cardio-vasculaires, des sujets moins traités par les médias traditionnels.

Charlotte Loisy