À 12 ans, il crée la version grecque de Facebook

Un garçon de 12 ans s’apprête à lancer « Tech is social », la version grecque de Facebook. Son nom : Nikos Adam.

0
2779
Sur Tech is social, les internautes retrouveront le fameux « like » et découvriront le bouton « dislike ». - crédit photo : Paul Sakuma - AP ©Sipa

Nikos Adam. Retenez bien ce nom. Ce jeune garçon originaire de Grèce, âgé de 12 ans seulement, est sur le point de lancer sa propre version de Facebook : « Tech is social » (« la technologie est sociale »). Son projet, très sérieux, attise la curiosité de Google.

Tech is social : il lance le bouton « dislike »

Nikos Adam a présenté sa création en septembre à l’occasion de la foire internationale des industriels à Thessalonique (nord de la Grèce). L’équipe de Google, présente à l’événement, est interpellée par l’assurance du garçon et la qualité de ses travaux. En novembre, le petit entrepreneur fait partie des invités d’honneur du festival des programmateurs de Google. Son site se retrouve ainsi aux côtés de projets déjà mondialement connus, tels que les Google Glass. Il devrait voir le jour le 1er janvier prochain.

« Tech is social » présente plus ou moins les mêmes caractéristiques que son aîné. « Les amis seront connectés comme les maillons d’une chaîne », indique le jeune homme, cité par Le Figaro. Les membres du réseau retrouveront le bouton « like » (« j’aime ») mais, petit plus, auront la possibilité de cliquer sur « dislike » (« je n’aime pas »). Le créateur promet, par ailleurs, une « meilleure qualité d’image et de son dans les appels vidéo ».

> Lire aussi : Facebook – un bouton « Je compatis » pour les messages tristes ?

Nikos Adam s’est lancé dans l’informatique à 9 ans

« Tech is social » n’est pas la première création de Nikos Adam. Il a déjà conçu « Tech is game » (« la technologie est un jeu »), un site à l’abri des pirates sur lequel les jeunes de son âge peuvent s’affronter en ligne à travers différents jeux vidéo.

Nikos Adam est un créateur hors du commun, de par son jeune âge et son histoire. Il n’a pas suivi de cours d’informatique et sa ville d’origine, Thessalonique, est plutôt à la traîne en matière de haute technologie. À neuf ans, il a commencé à développer Minecraft Server Platform (MSP) : « Pour jouer en ligne, il faut fabriquer un serveur, ce qui demande de la constance et du temps. Avec MSP, on le réalise en une seconde en appuyant simplement sur un bouton. » Il a également mis au point un programme anti-piratage nommé « Down The DDOS » (DTD) pour repérer et isoler les utilisateurs malveillants.

« Tech is social » a déjà reçu le soutien des professeurs de l’université de Macédoine de Thessalonique. Certains journaux le présentent comme le premier événement majeur de l’année 2014.

> Lire aussi : Neil Ibata, 15 ans, petit génie de l’astronomie

Cécile David