A ses débuts, le système solaire aurait compté une planète de plus

Selon des chercheurs américains, il y a des milliards d'année, notre système planétaire comptait une planète géante de plus. Cette dernière aurait été éjectée par Jupiter lors d'une "période majeure d'instabilité".

0
4269
Il y a des milliards d’années, notre système planétaire était composé d’une - voire deux - planète géante de plus ©Fotolia

« Me Voici Tout Mouillé, J’ai Suivi Un Nuage ». Manquerait-il un mot à cette phrase mnémotechnique, souvent utilisée par les professeurs pour apprendre l’ordre des planètes de notre système solaire ? Mercure, Vénus, Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune… Des chercheurs du Southwest Research Institute de Boulder, aux Etats-Unis, s’accordent pour dire qu’à ses débuts, notre système comptait une planète de plus à son actif – et il ne s’agirait pas de Pluton, reléguée au rang de planète naine depuis 2006. Selon David Nesvorny et ses collègues, il y a des milliards d’années, notre système planétaire était composé d’une – voire deux – planète géante de plus.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont réalisé plus de 6.000 simulations de notre système solaire lors d’une phase bien précise de son histoire. Ils ont fini par constater qu’un système tel que le nôtre, comportant quatre planètes géantes (Jupiter, Saturne, Neptune et Uranus) n’avait que 2,5 % de chance de ressembler à la configuration que nous connaissons aujourd’hui. « Ces systèmes seraient trop violents au cours de leur jeunesse pour finir par ressembler au nôtre, qui résulte plutôt de systèmes qui ont moins de quatre planètes géantes », explique David Nesvorny cité par Space.com. Avec cinq planètes géantes, notre système avait bien plus de chances de présenter la configuration actuelle de l’espace.

Une planète expulsée par Jupiter ?

« Quand le système solaire avait environ 600 millions d’années, il a traversé une période majeure d’instabilité qui a dispersé les planètes géantes et les plus petits mondes », ont indiqué les chercheurs qui publient leur étude dans la revue Astrophysicial Journal Letters. Ce sont précisément ces perturbations qui font que notre système est comme il est aujourd’hui. D. Nesvorny avance donc que cette mystérieuse planète géante aurait, lors de cet épisode, été expulsée par Jupiter hors de notre système, à des millions d’années-lumière de là.

Tout ceci peut paraître irréel et pourtant, plusieurs planètes solitaires n’orbitant autour d’aucune étoile ont été récemment découvertes. D’où viennent ces planètes ? Nul ne le sait, mais l’éjection d’un monde hors de son système semble, avec ces découvertes, plus fréquente qu’on ne le pense. « Ce travail soulève des questions intéressantes au sujet de l’histoire du système solaire externe », a estimé pour Space.com Nesvorny.

« Par exemple, traditionnellement, la plupart des recherches sont concentrées sur les planètes géantes, leurs satellites, les objets de la ceinture de Kuiper et leur interaction – c’est ce que nous avons aujourd’hui dans le système solaire externe. Mais qu’en est-il de Mars et des corps de la taille de « super-Terre » ? De tels objets se sont-ils formés dans le système solaire externe et ont-ils ensuite été éliminés ? Si ce n’est pas le cas, alors pourquoi ? ».

Si pour cette équipe de chercheurs, l’existence d’une cinquième planète géante paraît évidente, cette théorie est logiquement contestée dans le milieu. Mais « ce n’est que le début. Il y aura besoin de beaucoup de travail pour voir s’il y a réellement eu une cinquième planète. Je ne suis moi-même pas totalement convaincu », concède David Nesvorny.

Mathilde Bourge