Alcool : 8 jeunes sur 10 sortent avec leur Sam

Selon une enquête réalisée par les associations Prévention routière et Assureurs prévention, 84 % des conducteurs âgés entre 18 et 24 ans désignent systématiquement un capitaine de soirée (Sam) pour les ramener chez eux.

0
2430
Malgré une évolution positive du comportement des jeunes, l'alcool au volant reste la première cause d'accidents mortels pour les 18-24 ans. - crédit photo : Michael Blann ©ThinkStock

Les campagnes de sensibilisation portent leurs fruits. Selon une étude menée par les associations Prévention routière et Assureurs prévention auprès de 337 automobilistes âgés entre 18 et 24 ans, plus de huit jeunes conducteurs sur dix (84 %) ont pris l’habitude de choisir un capitaine de soirée, appelé « Sam », pour ramener tout le monde après la fête, en toute sécurité. Le principe est simple : un Sam ne doit pas boire une goutte d’alcool.

60 % des jeunes ont déjà conduit après avoir bu de l’alcool

Le concept du capitaine de soirée s’est développé dans les pays nordiques et anglo-saxons au cours des années 80. En France, il a mis un peu plus de temps à être adopté. Les autorités se sont emparées du sujet au début des années 2000. Avec succès. Bien que l’évolution de la pratique soit globalement positive, les auteurs de l’enquête rappellent que l’alcool au volant « reste la première cause d’accidents mortels pour les 18-24 ans ».

60 % des jeunes conducteurs avouent avoir déjà conduit après quelques verres et 33 % avoir pris leur voiture alors qu’ils avaient plus de 0,5 g/l d’alcool dans le sang, le seuil légal. Près de 50 % des sondés affirment, par ailleurs, boire parfois plus de cinq verres d’alcool au cours d’une seule et même fête.

« Avant de mourir, je veux… » : nouvelle campagne choc

Autre souci révélé par l’étude : le rapport qu’entretiennent les jeunes avec l’alcool. 48 % des sondés expliquent que refuser de boire en soirée est « mal perçu » et « mal compris » par les autres. Pour tenter de réveiller les consciences, les associations Prévention Routière et Assureurs prévention lance une nouvelle campagne intitulée « Avant de mourir, je veux… ». Sur le campus de l’Université Paris VIII (Saint-Denis), les étudiants ont jusqu’au 11 avril pour écrire sur un mur dédié leurs projets pour l’avenir. Cette initiative puise son origine dans l’œuvre Before I die, de l’artiste Candy Chang.

Sur le même thème :

Lire aussi : Alcool au volant – Vers une tolérance zéro chez les jeunes ?

Lire aussi : Les ados américains se saoulent… au gel désinfectant

Cécile David