Alcool au volant : vers une tolérance zéro chez les jeunes ?

L'alcool au volant tue chaque année des milliers de personne. Frédéric Péchenard souhaiterait une tolérance zéro chez les jeunes de 18 à 24 ans.

0
3680
Les 18-25 ans représentent 25 % des accidents mortels dus à l'alcool ©ThinkStock

L’alcool est la première cause de mortalité au volant. Mais pour Frédéric Péchenard, délégué interministériel à la Sécurité routière, ce les jeunes les plus touchés par ce phénomène. C’est pourquoi il a lancé la piste d’une tolérance zéro alcool pour les conducteurs âgés de 18 à 24 ans. Depuis cette annonce, faite dans le Journal du dimanche, le sujet fait débat.

Frédéric Péchenard, également ancien patron de la police nationale, précise que cette proposition ne fera pas forcément l’objet d’une traduction législative, mais que l’idée devait être « étudiée ». Le sujet sera d’ailleurs prochainement débattu au Conseil national de la sécurité routière.

La solution : plus de contrôles sur la route ?

Les réactions opposées à l’idée du délégué interministériel n’ont pas tardé. Pierre Chasseray, délégué général de l’association 40 millions d’automobilistes, n’est pas vraiment favorable à cette tolérance zéro. Il pense que la solution serait une présence renforcée des forces de l’ordre au bord des routes. « Les contrôles coûtent de l’argent à l’État, ils n’attrapent pas forcément grand monde, mais ils sont nécessaires. J’ai le permis depuis quinze ans, je roule entre 30 000 et 40 000 kilomètres par an et je n’ai pourtant jamais été contrôlé ! » révèle Pierre Chasseray. Il souhaiterait également que souffler dans un éthylotest soit obligatoire à la sortie des boites de nuit.

L’alcool : première cause de mortalité au volant

Si le délégué général de l’association 40 millions d’automobilistes pense que la tolérance zéro n’est pas la solution, il reconnaît toutefois que l’alcool au volant est le thème à aborder. « Nous sommes au cœur du problème, et il faut le prendre à bras-le-corps. Car la première cause de mortalité au volant, c’est l’alcool ».

En effet, une alcoolémie supérieure à 1,5 g par litre de sang est relevée dans un accident mortel sur deux, un taux supérieur à 2 grammes par litre dans un cas sur trois. Près de 164 000 infractions routières liées à la consommation d’alcool ont été constatées en 2011, soit une légère augmentation par rapport à 2009. Et si Frédéric Péchenard souhaite davantage réprimander les jeunes, c’est parce qu’ils sont particulièrement touchés par les drames de la route. Ils représentent 25 % des tués, soit environ 1 000 décès par an, alors qu’ils ne sont que 9 % dans la population française.

Mathilde Bourge