Alcoolisme : une détection dès l’enfance ?

Selon une étude américaine, certains traits de caractère détectables dès l’enfance rendraient plus enclins à l’alcoolisme une fois adulte. Une hypothèse à prendre avec des pincettes.

0
3597
Il est impossible de savoir avec certitude quels enfants seront enclins, ou non, à l'alcoolisme une fois adulte. ©ThinkStock

Et si l’alcoolisme pouvait se détecter dès l’enfance ? C’est ce que suggèrent des chercheurs américains, dont l’étude paraît dans le dernier numéro du mensuel Alcoholism: clinical and experimental research. Ils établissent un lien entre certains traits de caractère développés durant l’enfance et alcoolisme.

Alcoolisme : un enfant émotionnellement instable serait plus vulnérable

Cette étude a été réalisée par une équipe de la Virginia Commonwealth University (États-Unis), dirigée par le Pr Danielle Dick. Pour la mener à bien, ils ont observé le comportement d’environ 6 000 garçons et 6 000 filles nés entre avril 1991 et décembre 1992 dans le sud-ouest de l’Angleterre. Ils ont analysé leur tempérament lorsqu’ils avaient six mois, puis tous les ans jusqu’à leur sixième anniversaire. Puis ont identifié les problèmes d’alcool de ces témoins à l’âge de 15 ans et demi.

Sur les plus de 12 000 adolescents, 4 600 avaient déjà bu de l’alcool. Bilan : les enfants extravertis, introvertis ou présentant une certaine instabilité sur le plan émotionnel seraient davantage attirés par l’alcool.

> Lire aussi : Alcool, tabac… Les jeunes de plus en plus accros

« Ces résultats n’ont rien de surprenant », commente le Pr Henri-Jean Aubin, psychiatre au service d’addictologie de l’hôpital Paul Brousse à Villejuif (Le Nouvel Observateur). « Chez les enfants qui ont des problèmes d’ajustement émotionnel on voit souvent l’émergence de troubles anxieux. » Le spécialiste explique que ces traits de caractères « ne sont pas (…) déterminants » mais qu’ils « augmentent le risque d’une dérive alcoolique à un âge plus avancé ».

Traits de caractère et alcoolisme : attention aux conclusions hâtives

Les parents d’enfants trop timides ou extravertis ont-ils des raisons de s’inquiéter ? « Nous ne pouvons pas, avec cette découverte, prédire avec précision quels jeunes enfants auront des problèmes avec l’alcool et lesquels n’en auront pas », nuance dans Live Science Matt McGue, professeur de psychologue à l’université du Minnesota (Terrafemina).

L’étude d’un comportement doit toujours être abordée avec précaution. Selon les experts, l’hérédité ferait partie des facteurs les plus sérieux. Un enfant aurait plus de risque d’être sujet à l’alcoolisme dans le futur si l’un de ses parents souffre déjà d’une telle addiction.

> Lire aussi : Alcool – plus jeune tu commenceras, plus accro tu seras

Damien Rigat