Allergies : Chanel n°5 changera-t-il de composition ?

Trois ingrédients allergènes contenus dans les parfums pourraient être interdits par la Commission européenne. Certains classiques, comme Chanel n°5, devraient changer de composition.

0
3312
Le synthétique HICC et deux essences naturelles extraites de mousses, utilisées pour la note boisée des parfums pourraient être interdits par la Commission européenne ©ThinkStock

Les plus grandes marques de parfums vont devoir remettre le nez dans leurs fragrances. La Commission européenne envisage d’interdire trois ingrédients jugés hautement allergènes : le synthétique HICC et deux essences naturelles extraites de mousses, utilisées pour la note boisée des parfums. Ces substances sont accusées de provoquer des réactions allergiques chez 15 millions d’Européens, qui développent notamment de l’eczéma. Petit souci : ces composants sont utilisés dans la plupart des grands classiques de la parfumerie, comme le fameux N°5 de Chanel.

« Nous ne visons aucun parfum en particulier, il n’est pas question d’interdire Chanel n°5 », s’est défendu le commissaire à la Consommation, Neven Mimica. Cependant, si la proposition est validée par l’Union européenne, la composition de certains parfums devra être « reformulée » à partir de début 2015.

Le secteur du bio sera le plus touché

La concentration de 12 autres ingrédients, notamment aux parfums de rose ou citron, devra, elle, être limitée, tandis que la présence de 106 composants, contre seulement 26 actuellement, susceptibles de déclencher des réactions allergiques devra figurer sur l’étiquetage.

Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, la cosmétique bio sera la plus touchée par cette réforme. « Selon les estimations du secteur, plus de 90 % des produits devront être modifiés », a indiqué une source européenne.

D’après la Commission, certains industriels ont anticipé cette mutation en reformulant dans le plus grand secret certaines de leurs fragrances. Si la proposition est acceptée, l’industrie du cosmétique et du luxe disposera de deux à cinq ans pour s’adapter.

Mathilde Bourge