Amiante : 15 millions de personnes en danger

Dans l’affaire de l’amiante, 15 millions de foyers et 3 millions de logements HLM sont encore concernés. Un vrai casse-tête humain et financier à prendre en compte rapidement.

0
4157
Mais les coûts du désamiantage semblent trop élevés pour changer les choses ©ThinkStock

L’amiante refait parler d’elle. Cette substance a été très utilisée dans les années 1960-1970 en France dans différents domaines du BTP : colles, peintures ou encore isolant dans les murs. Son utilisation a été interdite en 1995. Mais aujourd’hui en France, encore 15 millions de foyers, soit 3 millions d’HLM seraient encore concernés par ce problème, selon l’Union sociale pour l’habitat.

Ecoles, crèches et universités aussi concernés

Selon l’association, « c’est l’ensemble des constructions des années 1960 jusqu’au début des années 1990 qui peuvent être concernées ». Malgré l’alerte, lancée à l’intention de l’ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault en novembre dernier, de Jean-Louis Dumont, président de l’Union sociale pour l’habitat, aucun fond spécifique n’a été débloqué.

Une aide financière qui servirait à la recherche et au traitement de l’amiante estimée à 2,4 milliards d’euros par an. D’autres questions subsistent encore aujourd’hui, notamment celle des contrôles, comme le rappelle Marie-Odile Bertella Geoffroy, chargée de l’instruction du dossier de l’amiante depuis 2005 « toutes les écoles, universités qui ont été construites à l’amiante devraient être contrôlés pour que l’on sache ».

Un coût trop élevé

Mais les coûts du désamiantage semblent trop élevés pour changer les choses, il faut compter 50 000 euros par appartement environ. Depuis l’interdiction de 1997 par Jacques Chirac, beaucoup d’immeubles restent en l’état et se dégradent. Dans certains cas, les mairies décident de détruire ces immeubles des années 1960-1970.

Rappelons que selon l’INSERM, toutes les variétés d’amiante sont cancérigènes et certaines d’entre elles ont clairement été identifiées comme la cause pathologie mortelle. Des pathologies qui peuvent se déclarer jusqu’à plus de cinquante ans après les premières expositions aux fibres d’amiante.

Sur le même sujet :

Lire aussi : L’amiante responsable d’un cancer des ovaires

Lire aussi : Diesel aussi néfaste que l’amiante

Lire aussi : La réglementation contre l’amiante se durcit

Laurie Ferrère