Andy Murray sur les traces d’Ivan Lendl ?

Andy Murray, récent finaliste de Wimbledon, a depuis quelques mois Ivan Lendl comme entraîneur. Certains fans de tennis sont d'ailleurs convaincus que l'ancien numéro un mondial donne des conseils bien particuliers à son nouveau poulain.

0
2045

Dimanche 8 juillet, Roger Federer s’est imposé pour la septième fois de sa carrière en finale du tournoi de Wimbledon. Le joueur, de nouveau numéro 1 mondial, a vaincu en 4 sets le Britannique Andy Murray, qui croyait pourtant son heure enfin arrivée.

L’émotion était palpable sur le court central, lors du discours du quatrième joueur mondial, qui rêvait de remporter Wimbledon devant son public.

Murray : l’égal de Lendl ?

Ivan Lendl, légende du tennis mondial, est, depuis le mois de janvier, le nouvel entraîneur d’Andy Murray. Si l’Ecossais est encore loin d’avoir le palmarès tennistique de son nouveau mentor, les similitudes entre les deux tennismen sont pourtant flagrantes.

A son époque, Ivan Lendl, ancien numéro 1 mondial, était surnommé « Ivan le terrible », quand son poulain écope aujourd’hui du petit nom de « angry Murray » (Murray en colère). Pourquoi cela ? Les deux joueurs ont en effet la fâcheuse réputation de ne pas être très agréables sur le court. Bien que l’Ecossais ait ému les spectateurs à la suite de sa finale perdue, le public lui connaît un côté antipathique et ne l’apprécie pas beaucoup, tout comme il n’appréciait guère l’attitude de Lendl à l’époque.

Mais avant d’avoir la réputation d’être un joueur arrogant, Ivan Lendl était surnommé « poule mouillée », par son adversaire John Mc Enroe, car le joueur gagnait énormément de tournois mais craquait toujours dans les moments décisifs en Grand Chelem. Il a d’ailleurs perdu pas mal de finales avant de finalement remporter Roland Garros et l’US Open.

Et Murray semble souffrir du même mal. Si la collaboration entre les deux hommes semble plutôt réussir au quatrième joueur mondial, qui s’est beaucoup amélioré en coup droit, l’Ecossais ne parvient toujours pas à conclure en Grand Chelem.

Pour sa quatrième finale, il a de nouveau perdu. Espérons pour Murray que la similitude s’arrête là, car Lendl, lui, n’est jamais parvenu à remporter Wimbledon.

Murray a-t-il tiré exprès sur Tsonga ?

Vendredi 7 juillet, alors que Murray disputait sa demi-finale contre Jo-Wilfried Tsonga, le Français a malheureusement reçu une balle au niveau du bas ventre. Plié en deux sur le terrain, Tsonga n’a eu droit qu’à un petit signe de la main de Murray en guise d’excuse.

Durant la finale, dimanche, Federer a bien failli lui aussi être victime d’une balle de l’Ecossais, cette fois-ci dans la tête. Heureusement, le Suisse s’est penché à temps pour éviter une belle bosse.

Bien vite, les fans de tennis ont réagi sur différents forums. Beaucoup voient, dans ces balles perdues, un geste volontaire de la part d’Andy Murray. Certains vont même jusqu’à dire qu’il n’est pas étonnant que le joueur use d’une tactique de la sorte, car son entraîneur, Lendl, avait le don d’agacer ses adversaires avec de tels coups bas.

Alors, simple coïncidence ou véritable manque de respect de la part d’Andy Murray et de son entraîneur ? Nous ne sommes malheureusement pas en mesure de répondre à cette question.

N’oublions pas toutefois qu’à Wimbledon, beaucoup de joueurs s’avancent au filet car le gazon, revêtement des terrains, est une surface rapide, qui favorise les jeux d’attaquants, notamment des volleyeurs. Et le meilleur moyen de se défendre lorsque l’adversaire monte à la volée, est de viser son corps ou de tirer une balle dans ses pieds…et c’est ce qu’Andy Murray a fait.

Alors un coup tactique ? Sans doute ! Mais de là à y voir un acte volontaire pour blesser l’adversaire…il y a un monde.

Mais désormais, Tsonga est averti. La prochaine fois qu’il tombera face à Murray, il y pensera sans doute à deux fois avant d’entamer le match sans porter de coquille…

Mathilde Bourge