Après avoir voulu « guérir l’homosexualité » pendant 40 ans, Exodus ferme et s’excuse

Exodus International, une association chrétienne qui prétendait pouvoir soigner l'homosexualité, a fermé. Le dirigeant a avoué son homosexualité et s'est excusé de la peine causée aux personnes qu'il a voulu « traiter ».

0
1755
Exodus International, association qui prétendait pouvoir guérir l'homosexualité à coup de thérapie et de prières, a fermé. ©DR

Après près de quarante ans de lutte contre l’homosexualité, Exodus International ferme. Cette organisation chrétienne d’Orlando, en Floride (Etats-Unis), prétendait pouvoir « guérir » l’attraction envers les personnes de même sexe grâce à des séances de psychothérapie et de prières. Mais Alan Chambers, dirigeant d’Exodus International, a tenu à s’excuser lors de sa dernière conférence. « Nous avons fait beaucoup de mal à la communauté homosexuelle. Même s’il y a eu beaucoup de bonnes choses chez Exodus, il y en a aussi eu des mauvaises. Nous avons blessé des gens. C’est la fin d’années de souffrance injustifiée. »

« L’Eglise a lancé une culture de guerre, et il est temps de baisser les armes », a-t-il avoué lors d’une entrevue avec l’Associated Press, quelques heures après avoir annoncé sa décision. « Il y a une chanson que nous chantons à l’église – ‘Ils sauront que nous sommes chrétiens grâce à notre amour’ – et je pense que nous nous sommes beaucoup trop éloignés de cela », a-t-il ajouté.

Le Président d’Exodus a avoué son homosexualité

Si la fermeture d’Exodus a surpris l’audience d’Alan Chambers, la fin de l’association était tout de même prévisible. Depuis quelques années, de nombreuses études de psychiatres sont sans appel : « Il n’y a aucun lien entre les rituels religieux d’Exodus et l’attirance sexuelle », a avoué M. Chambers. La preuve ? Le dirigeant de l’association lui-même a avoué ouvertement son attirance pour les hommes. Marié, il n’a cependant « jamais été tenté de tromper [sa] femme » et assure même être amoureux d’elle malgré son homosexualité désormais assumée.

« En tant que gay, je constate toujours les dégâts qu’il a pu causer. Mais en tant que chrétien, j’essaye de lui accorder le bénéfice du doute », a déclaré Randy Stephens, président de l’une des principales organisations LGBT de Floride. « Je suis sûr qu’il souffre aussi énormément et qu’il réalise à quel point il a blessé certaines personnes. »

De son côté, M. Chambers souhaite se rattraper. Il a d’ailleurs annoncé la création d’une nouvelle organisation chrétienne qui instaurera le dialogue et le débat sur les droits des homosexuels. « Nous voulons construire des ponts, nous voulons que la paix soit à l’avant-plan de tout ce que nous ferons dans l’avenir », a-t-il dit.

Mathilde Bourge