Après les Google Glass, les lunettes qui rendent sociables

Un chercheur japonais a inventé des lunettes imitant le regard humain. Grâce à cela, le porteur peut dormir ou lire un livre tout en faisant croire à son interlocuteur qu'il le regarde vraiment. VIDEO.

0
1113
Hirotaka Osawa a inventé les lunettes qui rendent sociables ©DR

Depuis le 15 avril dernier, Google vend ses lunettes connectées en édition limitée. Alors que le monde est aujourd’hui divisé entre les sceptiques et les fanatiques de la marque, le Japonais Hirotaka Osawa va plus loin, en inventant les lunettes… qui rendent sociable !

En effet, au lieu de filmer, d’envoyer des mails ou de prendre des photos, ces binocles sont munies de verres sur lesquels s’affichent des yeux censés refléter l’attitude adéquate à adopter en société. Ainsi, le porteur peut piquer un somme ou lire ses SMS, pendant que ses faux yeux fixent poliment son interlocuteur.

Hirotaka Osawa a conscience du « caractère bizarre » de son invention

Pour se faire, le dispositif contient deux écrans, qui utilisent la même technologie que certains écrans plats (OLED), sur lesquels s’affiche chaque œil, ainsi qu’ « une caméra, plusieurs capteurs reliés à un téléphone ou un ordinateur » et un logiciel de reconnaissance faciale, rapporte le site spécialisé The Verge. Quand ce logiciel « détecte que quelqu’un fixe le porteur [des lunettes], les yeux générés par ordinateur bougent et fixent [la personne] en retour », explique la BBC. « Si l’utilisateur opine, les lunettes montrent un clignement. S’il bouge la tête, les yeux clignent plusieurs fois. S’il incline la tête, les yeux regardent par-dessus. »

Hirotaka Osawa, qui se met en scène de façon cocasse dans la vidéo ci-dessous, aurait pleinement conscience « du caractère bizarre » de ses lunettes. Cependant, le chercheur japonais ne compte pas s’arrêter là. Selon le journal britannique, l’inventeur envisage de présenter en octobre prochain un dispositif quelque peu similaire, permettant d’afficher un large sourire sur les lèvres des porteurs…

Mathilde Bourge