Attentats à Paris : en quoi consiste le deuil national ?

Le Président de la République, François Hollande, a annoncé ce samedi 14 novembre « trois jours de deuil national » en hommage aux victimes des attentats qui ont touché la capitale. Qu’est-ce que cela signifie ? Quelles seront les actions menées ?

0
2858
Attentats de Paris : en quoi consiste le deuil national ? ©CHAMUSSY/SIPA

François Hollande a décrété dans la matinée du samedi 14 novembre « trois jours de deuil national » en hommage aux 129 victimes des attentats (bilan provisoire) qui ont touché Paris dans la nuit du vendredi 13 novembre. « Les familles sont dans le chagrin et la détresse. Le pays est dans la peine », a souligné le Président de la République lors d’une allocution télévisée, avant d’annoncer sa décision d’instaurer un deuil national.

Aucun texte ne précise son contenu, il est défini au cas par cas. Auparavant, lors des journées de deuil national, la plupart des établissements de service public, comme les écoles, administrations ou encore les bureaux de poste, fermaient leur porte pendant 24h. Aujourd’hui, elles se traduisent plus généralement par la mise en berne des drapeaux sur les bâtiments de la République et d’une minute de silence nationale, qui se tiendra ce lundi 16 novembre.

À quand remontent les précédentes journées de deuil national ?

Les journées de deuil national sont rares. Dans l’histoire de la Ve République, on en dénombre cinq. Celles décrétées par François Hollande ce samedi 14 novembre est la sixième.

La précédente journée remonte en janvier 2015. Une journée de deuil national, contre trois aujourd’hui, avait été instaurée pour rendre hommage aux douze personnes tuées suite à l’effroyable attaque du journal satirique Charlie Hebdo. Les autres avaient eu lieu le 14 septembre 2011, pour rendre hommage aux victimes des attentats du 11 septembre, lors du décès de François Mitterrand en 1996, de Georges Pompidou en 1974, et du général De Gaulle en 1958. La première journée de deuil national avait été décrétée en France en 1930, suite à des inondations meurtrières dans le sud de la France.

Lire aussi : Attentats de Paris : que signifie l’état d’urgence ?

Marine Vautrin