Autoroutes : à qui profite l’argent des péages ?

Alors qu'on annonce une nouvelle hausse des tarifs des autoroutes en février prochain, Ségolène Royal propose, elle, de les geler. L’occasion de faire le point sur ce sujet sensible : pourquoi les péages sont-ils aussi chers ?

0
7606
Ségolène Royal souhaite geler les tarifs des autoroutes en 2015 ©ShutterStock

Le prix du péage est-il justifié par la qualité des services ? C’est sûrement la question que se posent de nombreux automobilistes. Avec des prix toujours en hausse et surtout, bien supérieurs à l’inflation, l’exaspération des usagers est à son comble. L’annonce de la nouvelle augmentation des prix en février prochain par les sociétés concessionnaires des autoroutes (SCA) a fait réagir, mardi, la ministre Ségolène Royal qui propose de geler ces tarifs. Résiliation du contrat avec les concessionnaires ou négociation plus équilibrée, la réponse sera bientôt tranchée. En attendant, le point sur la façon dont cet argent est utilisé.

Autoroutes : ce que couvre l’argent du péage

L’argent rapporté par les péages est la principale source de rémunération des sociétés concessionnaires des autoroutes (SCA). Pour rappel, le contrat de concession est celui-ci par lequel l’État délègue la gestion d’une mission de service public à un acteur privé pendant une période qui peut aller de 50 à 80 ans. En échange de cette contrepartie financière qu’est le prix du péage, les SCA ont la responsabilité de l’exploitation, l’entretien ainsi que les frais financiers qu’engendre l’infrastructure autoroutière.

Mais le prix du péage permet aussi de couvrir le remboursement de la dette des autoroutes que l’État a transmis aux SCA au moment de leur privatisation en 2006. En effet, si les SCA ont pu réaliser une très bonne affaire en acquérant une grande partie du réseau autoroutier pour environ 15 milliards d’euros (contrairement aux 24 milliards d’euros que l’État aurait pu exiger, selon un rapport de la Cour des comptes de 2008), c’est parce que le gouvernement voulait absolument se débarrasser de cette dette qui s’élève aujourd’hui à plus de 23,8 milliards d’euros.

Péages des autoroutes : l’augmentation de trop

Chaque année au 1er février, il y a une revalorisation des tarifs du péage ; ceux-ci sont fixés entre l’État et les sociétés concessionnaires d’autoroute en référence à des lois tarifaires. Le problème est que depuis des années, l’État perd en influence, le rapport de force étant largement favorable aux SCA. Résultat : les tarifs n’ont cessé d’augmenter. Si la hausse prévue en février 2015 est la plus faible comparée aux années antérieures, la hausse moyenne annuelle depuis 2003 s’élève à 1,90 %.

Une rente exceptionnelle pour les concessionnaires d’autoroutes

La Cour des comptes avait déjà dénoncé, en 2013, une augmentation des tarifs supérieure au prix de l’inflation. C’est maintenant l’Autorité de la concurrence qui, dans un rapport du 18 septembre, pointe du doigt une marge des sociétés concessionnaires pouvant aller de 22 % à 24 %. En d’autres mots, pour 100 € de péages payés par l’usager, entre 20 et 24 € représentent le bénéfice net des SCA. Une rente jugée exceptionnelle et qui, selon l’Autorité de la concurrence, ne se justifie pas au regard de la dette contractée.

Claire Richard