Aux Etats-Unis, les employés sont payés pour perdre du poids

Les entrepreneurs américains pourront bientôt verser une prime à leurs employés obèses qui adoptent une meilleure hygiène de vie. Selon une étude, être payé pour maigrir, ça aide !

0
1816
L'argent serait une bonne motivation pour maigrir ©ThinkStock

Les Américains ne finiront jamais de nous surprendre. Aux Etats-Unis, où le nombre d’obèses croît de jour en jour, certaines entreprises ont trouvé un moyen efficace de faire perdre du poids à leurs employés : l’argent. Ainsi, les patrons pourront bientôt proposer des récompenses en espèce à leurs salariés qui adopteront des comportements plus sains, comme maigrir ou arrêter de fumer.

Perdre du poids contre de l’argent, ça marche !

Avant la mise en place de ce système, le principe de perdre du poids contre de l’argent a été testé par des chercheurs de l’Université du Michigan. Leur étude, publiée dans la revue Annals of Internal Medicine, a consisté à offrir des rétributions financières à deux groupes d’obèses. Les premiers recevaient, individuellement, 100 dollars par mois s’ils perdaient les kilos fixés comme objectifs. Le second groupe, constitué de cinq personnes, devaient se partager 500 dollars par mois, uniquement entre ceux qui avaient réussi à perdre le poids envisagé. Chacun avait donc la possibilité de gagner plus de 100 dollars.

Résultat, après six mois d’étude, la perte de poids a été plus conséquente dans le second groupe, qui recevait une récompense collective. « L’obésité s’aggrave dans notre pays, le problème va de mal en pis, explique un des auteurs de l’étude. Nous avons besoin de trouver et d’analyser de nouvelles approches pour combattre ce fléau. »

Réduire les dépenses liées à la santé

En Europe, la méthode choque. Mais aux Etats-Unis, tous les moyens sont bons pour aider les personnes obèses à retrouver une meilleure hygiène de vie. Si l’addition risque d’être salée pour les entreprises, elle le sera peut-être moins sur le long terme. Chaque jour, à cause de problèmes liés à leur état de santé, des milliers de personnes obèses ne se rendent pas au travail.

Mathilde Bourge