Baby boom dans le New Jersey, 9 mois après le passage de l’ouragan Sandy !

Neuf mois après le passage de l’ouragan Sandy, l’État du New Jersey enregistre un pic de natalité. Les médecins de la région avancent plusieurs explications.

0
1369
Les maternités du New Jersey enregistrent 30 % de naissances en plus que l'an passé. ©ThinkStock

C’est un été chargé pour les maternités du New Jersey (États-Unis). Le centre médical Monmouth de Long Branch (comté du grand New York) devrait enregistrer 500 naissances en juillet, contre 371 à la même période l’an passé. Idem au centre médical Jersey Shore University de Neptune qui verra naître 200 bébés ce mois-ci, contre 160 en 2012. Et la tendance se confirme dans les autres établissements de la région, à tel point que du personnel supplémentaire a dû être mobilisé pour faire face à l’affluence des futures mamans.

Pour expliquer ce mini baby boom, petit flash back de neuf mois. Souvenez-vous, le 29 octobre 2012, l’ouragan Sandy balayait la côte Est du continent nord-américain, provoquant le décès de 200 personnes et quelques 50 milliards de dollars de dégâts. Pour les médecins, le lien entre le passage de Sandy et le pic de grossesses qui a suivi ne fait aucun doute.

> Lire aussi : Sandy, l’ouragan qui coupe la côte Est des États-Unis du reste du monde

« Un instinct primitif de préservation de l’espèce »

Le docteur Christine Tintorer, psychiatre à Monmouth, y voit « le sentiment de l’urgence et du danger qui semble provoquer cette connexion physique chez les gens ». Elle parle aussi d’une « sorte d’instinct primitif de préservation de l’espèce ». Mais d’autres raisons, moins inconscientes, ont pu pousser les couples à faire un bébé. Il se peut, par exemple, que la fermeture des transports et les dégâts causés dans les magasins aient pu rendre difficile l’accès à la contraception pendant une longue période.

« Beaucoup de gens étaient chez eux, beaucoup de gens n’avaient pas la télé et, à l’évidence, il y a eu beaucoup de reproduction », avance plutôt le docteur Steven Morgan du centre médical de Neptune. À croire ce spécialiste, la télévision serait donc un moyen de contraception, en temps normal !

Ce n’est pas la première fois que l’impact des catastrophes (naturelles ou non) sur la vie familiale est démontré. Des chercheurs avaient déjà relevé une hausse des naissances, des mariages et des divorces après le passage de l’ouragan Hugo en Caroline du Sud, en 1989. Un baby boom avait également été enregistré après les attentats du 11 septembre 2001.

> Lire aussi : Photos de l’ouragan Sandy : fake ou pas fake ?  

Thomas Levy