Baseline Study : Google se lance dans la génétique

Google s'apprête à collecter des données génétiques recueillies de manière anonyme dans le cadre d'une vaste étude nommée « Baseline Study ». Le groupe souhaite ainsi repérer les éléments déclencheurs de maladies cardiaques ou de cancers.

0
1044
Au départ, le projet « Baseline Study » portera sur une centaine de personnes puis il s’étendra à des milliers de volontaires. ©ShutterStock

Le défi est ambitieux. Après les lunettes connectées et la voiture sans chauffeur, Google laisse de côté le superflu et s’intéresse à la génétique. Vendredi 25 juillet, le groupe a annoncé qu’il allait amasser anonymement des milliers de données génétiques pour tenter d’identifier les biomarqueurs permettant de repérer les profils risquant de développer des maladies graves, comme le cancer.

Élaboré au sein du Google X, le laboratoire d’expérimentation de la firme de Mountain View, le projet est dirigé par le docteur Andrew Conrad, un scientifique spécialiste de la biologie moléculaire.

Baseline Study : mieux comprendre les corps en bonne santé

Baptisée « Baseline Study » (« étude comparative »), l’étude consiste précisément à collecter des informations sur l’ADN d’un certain nombre d’individus pour déterminer le profil type d’une personne en bonne santé. « Avant de pouvoir faire de la prévention, nous avons besoin de comprendre les mécanismes qui régissent un corps en bonne santé », explique au Wall Street Journal le Dr Conrad.

Au départ, les travaux porteront sur une centaine de personnes puis ils s’étendront à des milliers de volontaires. Les données seront analysées par un programme secret. Le Google X cultive le mystère. Huit projets seraient actuellement en cours au sein du laboratoire. Certains, comme les lunettes intelligentes et les lentilles connectées pour diabétiques, ont été présentés au grand public.

Google investit dans la santé

Google assure que les informations récoltées seront anonymisées pour qu’elles ne soient pas utilisées par des assureurs ou des employeurs souhaitant vérifier l’état de santé d’une personne.

Depuis plusieurs mois, le groupe américain montre un certain intérêt pour le domaine de la santé. En septembre 2013, il a créé Calico, une entreprise destinée à améliorer la recherche scientifique pour prolonger la durée de vie humaine et améliorer sa qualité. Il a également investi environ 4 milliards de dollars (près de 3 milliards d’euros) dans la société 23andMe, spécialiste de l’analyse du code génétique.

Sur le même thème :

Lire aussi : Il sauve un patient grâce à des Google Glass

Lire aussi : ADN – Des scientifiques inventent un nouveau code génétique

Cécile David