Belviq : premier traitement anti-obésité autorisé

Aux pays des fast-foods, des menus XXL et de l’excès de sucreries, l’obésité touche un tiers des adultes. Pour tenter d’endiguer ce fléau, la FDA vient d’autoriser le premier médicament anti-obésité, Belviq.

0
1991

Les Etats-Unis sont bien décidés à prendre soin de leur population et à mettre un terme à son problème récurent d’obésité. Pour la première fois depuis 13 ans, un médicament pour lutter contre l’obésité vient d’obtenir l’autorisation de mise sur le marché américain. Mardi 26 juin, l’agence américaine des médicaments (AFD) a autorisé le Lorcaserin plus communément appelé Belviq.

Aux Etats-Unis c’est pratiquement un tiers des adultes qui sont obèses. Il est donc urgent de trouver une solution à ce problème de société. « L’obésité menace le bien-être des patients et constitue une inquiétude majeure de santé publique », explique le docteur Janet Woodcock, directrice du Centre d’évaluation des médicaments à la FDA.

Préalablement à l’autorisation de la commercialisation de ce médicament anti-obésité, un comité d’experts indépendants a été consulté et avait donné son aval. Et cela, alors même qu’il y à peine dix ans, ce même comité s’était prononcé contre la commercialisation du Belviq. En effet l’apparition de cancers du sein chez certains rats testant le médicament, avait déclenché chez lui une certaine inquiétude.

Pour des IMC de 30 et 27

Mais « l’approbation de ce traitement, utilisé de façon responsable et combiné à un régime alimentaire et à un mode de vie sains, offre une option de traitement aux Américains qui sont obèses ou en surpoids et souffrent d’au moins une pathologie liée à leur excès poids », conclut Janet Woodcock.

Le médicament ne pourra donc être administré qu’à certains patients, dans des conditions strictes. Pourront se voir prescrire cet anti-obésité, les adultes dont l’indice de masse corporelle (IMC) atteint 30 et ceux dont l’IMC atteint 27 mais qui ont déjà contracté une maladie liée à l’obésité.

Pour diminuer l’appétit des patients, le Belviq agit sur la sérotonine qui contrôle notamment la faim.

Maëla Priolet