Bien dormir pour mieux maigrir : une nouvelle enquête confirme la règle !

Une nouvelle étude américaine révèle que le manque de sommeil provoquerait un dysfonctionnement des cellules graisseuses et favoriserait donc la prise de poids.

0
3102
Pour éviter de prendre du poids, des chercheurs américains ont remarqué qu'il faudrait dormir en moyenne 7 heures par nuit. ©ThinkStock

Pour éviter de prendre du poids, des chercheurs américains ont remarqué qu’il faudrait dormir en moyenne 7 heures par nuit. Cette étude, publiée dans la revue Annals of Internal Medicine, vient confirmer les enquêtes précédentes sur le sujet.

Des cellules graisseuses « groggy » par le manque de sommeil

Les scientifiques avaient déjà remarqué que le manque de sommeil favorisait l’hypertension, les risques d’accidents cardiaques et le diabète. Une étude américaine vient compléter cette liste. D’après ses résultats, les cellules graisseuses répondraient moins bien à l’insuline chez une personne ayant dormi moins de 7 heures de suite.

Pendant 8 nuits, les scientifiques ont observé six hommes et une femme âgés de 24 ans. Les quatre premières nuits, les témoins ont pu dormir 4h30, contre 8 heures les quatre suivantes. Chaque jour, l’équipe de chercheurs a mesuré le taux d’insuline, cette hormone qui régule le stockage de glucose et son utilisation.

Bilan : lors des quatre premières nuit (les plus courtes), un dysfonctionnement des cellules graisseuses a été observé. Au lieu de brûler les lipides pour produire de l’énergie, les cellules les libèreraient dans le sang. La réponse du corps à l’insuline a ainsi diminué de 16 % en moyenne et celle des cellules, de 30 %. « Exactement comme lorsque vous n’avez pas dormi assez, vous êtes groggy, il s’avère que le manque de sommeil rend aussi vos cellules adipeuses métaboliquement groggy. », précise Matthew Brady, professeur associé en médecine à l’université de Chicago, cité par Science Daily.

Et de poursuivre : « De nombreuses personnes pensent à la graisse comme à un problème, mais cela sert au fonctionnement vital. La graisse du corps stocke et relargue de l’énergie. En mode stockage, les cellules prélèvent les acides gras et les lipides de la circulation où ils peuvent endommager les autres tissus. Quand les cellules ne peuvent répondre efficacement à l’insuline, ces lipides filtrent à travers la circulation, conduisant à de sérieuses complications ».

Une enquête qui vient confirmer les précédentes hypothèses

De plus, selon certaines études, la fatigue inciterait à manger plus et donc à consommer trop de calories par rapport à l’activité quotidienne. L’idéal, pour les chercheurs, serait donc de dormir 7 heures afin de limiter hypertension, risque de diabète et prise de poids.

Cette enquête vient compléter l’étude menée par les chercheurs de l’Université de l’État de Washington. Réalisée sur 604 « vrais jumeaux » et 484 « faux jumeaux », elle démontre que les personnes qui dorment le plus présentent un indice de masse corporelle inférieur à celles qui dorment moins de 7 heures par nuit.

Afin d’aller plus loin, Matthew Brady et son équipe envisagent d’examiner les effets d’une meilleure qualité du sommeil chez les personnes obèses. Son objectif est de savoir si une prolongation du sommeil et une amélioration de sa qualité permettraient de soigner, en partie, les problèmes de surpoids.

Cécile David