Bientôt la fin des pièces de 1 et 2 centimes ?

La Commission européenne réfléchirait à la suppression des pièces de 1 et 2 centimes d'euro, en raison du coût trop élevé que représente leur production.

0
2566
La production d'une pièce de 1 centime revient à 1,2 centime à la Monnaie de Paris. ©Sipa

Mais que récoltera Bernadette Chirac si les pièces jaunes (qui, d’ailleurs, sont rouges depuis l’arrivée de l’euro) disparaissaient ? La Commission européenne planche très sérieusement sur l’arrêt de la production des pièces de 1 et 2 centimes d’euro, en raison du coût élevé qu’elle représente. Depuis 2002, 1,4 milliard d’euros aurait été dépensé pour la frappe de ces piécettes en acier plaqué cuivre. Pour de la monnaie qui encombre le fond des poches et qu’on utilise finalement très peu, cela fait cher…

Voilà pourquoi Bruxelles émet quatre propositions : le statut quo, la réduction du prix de revient de la frappe des pièces de 1 et 2 centimes, leur suppression radicale ou, variante plus douce, leur élimination progressive après arrêt de leur production. « Nous allons engager une discussion avec les États, les banques centrales et les associations de consommateurs pour voir quelle option se dégage et pourra faire l’objet d’une proposition de loi », a expliqué le commissaire en charge des Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, dans un communiqué

La crainte de l’inflation

La plupart des pays s’est déjà prononcée en défaveur d’une suppression de cette petite monnaie, mise à part la Finlande et les Pays-Bas qui ont déjà arrêté la production des pièces de 1 et 2 cents pour leur marché intérieur. Néanmoins, ces deux États continuent d’en produire pour les autres pays. Preuve que la demande est importante.

Du côté des citoyens, la disparition de la petite monnaie suscite des réactions plutôt négatives. Beaucoup craignent une inflation, les prix pouvant être arrondis à la hausse, comme ce fut le cas au moment du passage à l’euro en 2002 (+ 0,3 % en moyenne). Notons aussi qu’en temps de crise, les pièces de 1 et 2 centimes servent de plus en plus. C’est le cas en Espagne et en Grèce.

Enfin, les économies que réalisera la Banque centrale en stoppant la production de ces pièces ne seront pas redistribuées aux consommateurs. Au final, ces derniers n’ont rien à y gagner…

Les centimes, en chiffres 

• depuis 2002, l’Union européenne a frappé 45,8 milliards de pièces de 1 et 2 centimes
• pour la Monnaie de Paris, une pièce de 1 centime coûte 1,2 centime à fabriquer
• il y a environ 150 pièces en circulation par habitant en France, contre 250 en Allemagne

Thomas Levy