Bientôt un traitement efficace contre l’allergie au chat ?

Des chercheurs britanniques viennent d'identifier le processus à l’origine de l’allergie au chat. Un premier pas vers la conception d’un traitement.

0
3864
Contrairement aux idées reçues, l’allergie au chat ne viendrait pas des poils mais de ses sécrétions. ©ThinkStock

Éternuements, toux, urticaires… un chat et c’est la crise ! Bonne nouvelle, des chercheurs de l’université de Cambridge (Royaume-Uni) sont sur le point de concevoir un traitement contre l’allergie au matou, rapporte le Journal of Immunology – qui publie leurs travaux.

L’allergie au chat ne viendrait pas des poils

L’équipe de scientifiques a découvert une toxine bactérienne à l’origine de l’allergie au chat chez les hommes. Et, surprise : elle ne provient pas des poils de l’animal mais de ses peaux mortes. On la retrouve aussi dans sa salive et son urine. Appelée « lipopolysaccharide » (LPS), elle interagirait avec un récepteur immunitaire du corps humain (le TRL 4) et provoqueraient toux, démangeaisons, crise d’asthme et autres maux.

> Lire aussi : Insolite – Ouverture du premier bar à chats en France

« Non seulement nous avons découvert que le LPS exacerbe la réaction de la réponse immunitaire aux squames (résidus de peau) du chat, mais nous avons également identifié la partie du système immunitaire qui le reconnaît », commente le Dr Clare Bryant, principale auteure de l’étude (Le Nouvel Observateur).

Le traitement pourrait aussi être efficace contre l’allergie au chien

« C’est un grand pas en avant qui pourrait mener au développement de traitements capables d’empêcher l’organisme des allergiques de réagir si intensément aux pellicules de chat », se réjouit la scientifique. Elle précise que des molécules capables de stopper les récepteurs TRL 4 ont déjà été conçues et sont actuellement testées pour d’autres maladies.

Autre bonne nouvelle : si un traitement voit le jour, il pourrait aussi être efficace contre l’allergie au chien, puisque le même récepteur entrerait en jeu.

> Lire aussi : Allergies alimentaires – le chlore pointé du doigt

Damien Rigat