Boissons énergisantes : un poison pour les enfants ?

Un pédiatre américain alerte les parents sur les risques liés à la consommation de boissons énergisantes chez les enfants. De nombreux cas d'intoxication ont été rapportés aux Etats-Unis.

0
1386
Une canette de 250 ml de Red Bull contient 80 mg de caféine, soit suffisamment pour empoisonner un enfant de 10 ans. ©ShutterStock

Des études scientifiques rappellent régulièrement les risques de consommer des boissons énergisantes avec de l’alcool, pendant la grossesse ou l’allaitement… mais le sort des enfants n’avait été que trop peu évoqué jusque là. Beaucoup sont pourtant friands de ces sodas très sucrés, type Red Bull. Un pédiatre américain vient de tirer la sonnette d’alarme au Congrès de cardiologie de Chicago.

Selon les chiffres récoltés auprès des centres anti-poison américains, les enfants seraient fortement exposés au risque d’intoxication avec ces boissons énergisantes. Sur la totalité des appels relatifs à leur consommation, reçus par ces centres, 40 % concerneraient des patients de moins de 6 ans. Aux Etats-Unis, cela a représenté 3 100 cas entre 2010 et 2013. Un quart de ces enfants présentaient « des symptômes cardiaques et neurologiques modérés à sérieux », précise le médecin.

Une tasse de café, moins forte en caféine que le Red Bull

En cause : la caféine, présente en quantité importante dans ces sodas (d’où leur effet « énergisant »). Chez les moins de 12 ans, l’intoxication survient au-delà de 2,5 mg par kilo de poids corporel ingéré. Un enfant de 6 ans pesant environ 25 kilos peut donc se rendre malade en consommant 50 mg de caféine par jour (un enfant de 10 ans, 80 mg, et un enfant de 12 ans, 100 mg). Or, une canette de 250 ml de Red Bull contient 80 mg de caféine, soit suffisamment pour empoisonner un bambin. A titre de comparaison, une tasse de café contient 130 mg de caféine, et une canette de 330 ml de coca, 32 mg…

En France, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation rappelle sur son site « d’être particulièrement vigilant vis-à-vis des apports en caféine, notamment via les boissons dites énergisantes, pour certains consommateurs, en particulier : les femmes enceintes et allaitantes, les enfants et adolescents, les personnes sensibles aux effets de la caféine ou présentant certaines pathologies notamment certains troubles cardio-vasculaires, psychiatriques et neurologiques, insuffisance rénale, maladies hépatiques sévères ».

Lire aussi : Boissons énergisantes : plusieurs décès suspects inquiètent les Etats-Unis

Thomas Levy