Brûlures : 9 000 hospitalisations tous les ans

Selon l'Institut de veille sanitaire (InVS), environ 9 000 personnes sont hospitalisées tous les ans en France métropolitaine en raison de brûlures. Un quart de ces patients sont des enfants de moins de quatre ans.

0
7384
Le nombre d'individus hospitalisés chez les 0-4 ans est de 60,7 pour 100 000 habitants, contre 13,4/100 000, en moyenne, pour l'ensemble de la population. ©ShutterStock

Dans un rapport publié hier, mardi 6 mai, l’Institut national de veille sanitaire (InVS) fait le point sur les hospitalisations liées aux brûlures. Entre 2008 et 2011, le nombre de personnes concernées est resté à peu près stable, autour de 9 000 par an. En 2011, 8 670 personnes ont été hospitalisées pour brûlures (données les plus récentes). Un quart d’entre elles étaient des enfants âgés de 0 à 4 ans, un quart des plus de 50 ans. Parmi tous ces patients, 219 sont décédés des suites de leurs blessures.

Brûlures : 50 % des patients décédés en 2011 avaient plus de 65 ans

Les jeunes enfants sont souvent victimes de brûlures dès lors qu’ils commencent à marcher. Le nombre d’individus hospitalisés chez les 0-4 ans est ainsi de 60,7 pour 100 000 habitants, contre 13,4/100 000, en moyenne, pour l’ensemble de la population (17,9 chez les hommes contre 9,9 chez les femmes). Les dangers se situant un peu partout dans la maison (bouilloire, plaques de cuisson, fer à lisser, feu de cheminée, etc.), le risque d’accident est élevé chez les petits. Mais les brûlures sont généralement plus graves chez les seniors. Ainsi, 50 % des patients décédés en 2011 à l’hôpital après y avoir été reçu pour brûlures avaient plus de 65 ans. À titre de comparaison, l’organisation a recensé la même année quatre décès d’enfants de moins de 15 ans pour ces mêmes raisons.

Le détecteur de fumée bientôt obligatoire dans toutes les maisons

Le rapport de l’InVS met en relief quelques disparités régionales. Les taux d’hospitalisés pour brûlures les plus élevés sont ceux du Nord-Pas-de-Calais, de la Picardie et du Languedoc-Roussillon. Il sont compris entre 17 et 18 pour 100 000 habitants. L’Alsace, l’Aquitaine et l’Île-de-France ont, elles, les taux les plus faibles (entre 10 et 11/100 000 habitants). Les raisons de ces différences restent flous.

Notons que le nombre de décès à l’hôpital a augmenté entre 2008 et 2011, passant de 194 à 219. Cependant, l’InVS prévoit une baisse de l’incidence et de la mortalité au cours des prochaines années grâce à la mise en place d’une nouvelle mesure. Afin de limiter le risque d’incendies, toutes les habitations devront être équipées d’un détecteur autonome avertisseur de fumée (DAAF) à partir de mars 2015.

Sur le même thème :

Lire aussi : Enfants – Attention au soleil !

Lire aussi : Accidents domestiques – Les conseils et gestes qui sauvent

Damien Rigat