Bug dans les chiffres du chômage : merci SFR

Les chiffres du chômage du mois d’août ont été publiés la semaine dernière. Ils étaient à la baisse mais pas tant que ça.

0
2397
La courbe du chômage s’est inversée pour la première fois depuis décembre 2007. ©ThinkStock

L’annonce en avait surpris plus d’un. Mercredi 25 septembre, après 27 mois de hausse consécutive, la courbe du chômage s’était enfin inversée au mois d’août, et ce de façon significative. Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A (c’est-à-dire les personnes sans activité) inscrits à Pôle emploi a chuté à 3 235 700, soit 50 000 demandeurs d’emplois de moins que pour le mois de juillet. Cela faisait treize ans que la France n’avait pas connu une baisse de cette ampleur pour la catégorie A.

Le dysfonctionnement de SFR

Ces chiffres annoncés par la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) auraient été faussés par un bug technique chez l’opérateur SFR. Un incident qui aurait empêché de nombreux demandeurs d’emplois d’actualiser leur situation.

Chaque mois, les demandeurs d’emplois disposent de quinze jours pour actualiser leur situation. Cinq jours avant l’échéance si leur situation n’a pas été régularisée, ils reçoivent un SMS ou un message vocal d’alerte. Pilotée par Pôle emploi, ces relances sont effectuées via une plateforme d’envoi de SFR. C’est là que le bât blesse. Sur les 650 000 relances envoyées début septembre, 170 000 n’auraient pas abouties.

Une réelle baisse

Si l’on fait un rapide calcul, sur les 50 000 chômeurs de moins annoncés, il n’y en aurait en réalité que 22 000. Selon Jean Bassères, le directeur de Pôle emploi, « entre 32 000 et 41 000 personnes » n’ont pas pu s’actualiser à cause de ce bug. Il assume ainsi « une responsabilité partagée » avec SFR sur les chiffres du chômage erronés, en attribuant tout de même la responsabilité technique à l’opérateur téléphonique.

Michel Sapin, ministre du Travail, déclarait dans un communiqué lundi 30 septembre qu’il prenait « acte de cet incident et de l’évaluation de son impact sur la baisse du chômage ». Mais, reste que malgré ce dysfonctionnement informatique, la courbe du chômage s’est tout de même inversée pour la première fois depuis décembre 2007.

Laurie Ferrère