Burger King : finis les sodas pour les enfants

Burger King a décidé de supprimer les sodas de ses menus pour enfants aux États-Unis afin de mettre en avant des repas plus équilibrés. Une initiative déjà entreprise par d'autres chaînes de fast-food, comme McDonald's.

0
1849
La consommation de sodas favorise l'apparition de caries, augmente le risque de diabète mais aussi de surpoids, voire d'obésité, et peut entraîner des problèmes cardiaques. - crédit photo : Studio 37 ©ShutterStock

Le « bien manger » est un concept très en vogue. Paradoxalement, il gagne même le monde du fast-food qui s’évertue depuis quelque temps à promouvoir à sa façon une alimentation saine et équilibrée. Dernière exemple en date, Bruger King vient d’annoncer le retrait des sodas de ses menus pour enfants aux États-Unis. À la place, les petits pourront opter pour un jus de pomme, du lait ou du chocolat écrémé, précise le groupe dans un communiqué daté du mercredi 11 mars.

La chaîne de restauration rapide n’est pas la première à lutter contre la consommation excessive de boissons sucrées. Plusieurs concurrents, dont McDonlad’s en 2013 et Wendy’s en janvier, ont déjà effectué le même type de changement dans leurs établissements.

Pas sûr que les sodas disparaissent aussi des menus pour enfants en France

La mesure serait appliquée depuis la mi-février, indique la chaîne. L’entreprise a été félicitée par le Center for Science in the public interest (CSPI), une organisation qui se démène pour que l’industrie agroalimentaire américaine propose une nourriture plus « healthy ». Le centre encourage les propriétaires franchisés à prendre exemple sur la maison mère en supprimant eux aussi les sodas de leurs menus pour enfants.

Burger King n’a pas indiqué si cette évolution de la carte concernera aussi la France.

Cinquante grammes de sucres rapides par jour, pas plus

Les professionnels de la santé rappellent régulièrement que la consommation accrue de boissons sucrées favorise l’apparition de caries, augmente le risque de diabète mais aussi de surpoids, voire d’obésité, et peut entraîner des problèmes cardiaques. Aux États-Unis, deux adultes sur trois et un enfant sur trois sont en surpoids ou souffrent d’obésité.

Afin de mieux lutter contre ce fléau que représente la malbouffe, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a invité il y a quelques jours la population mondiale à réduire sa consommation de sucres rapides pour qu’elle corresponde au maximum à 10 % de l’apport énergétique quotidien. Cela équivaut à environ cinquante grammes par jour chez un adulte, soit douze cuillerées à café. « Il serait encore meilleur pour la santé de réduire l’apport en sucres à moins de 5 % de la ration énergétique totale, soit à [vingt-cinq] grammes ([six] cuillères à café) environ par jour », ajoute l’OMS. Selon l’American Heart Association, la consommation moyenne de sucres rapides d’un États-uniens se situe entre vingt-deux et trente cuillerées par jour.

Lire aussi :

Un lien entre malbouffe et mauvais résultats scolaires

Quick : l’arrivée du soda à volonté très critiquée

Damien Rigat