Burn-out : 68 % des enseignants ont pensé à changer de métier

Selon un sondage Ifop menée pour SOS Éducation, plus des deux tiers des enseignants du secondaire auraient déjà envisagé de changer de profession. Insultes et propos calomnieux seraient de plus en plus courants au sein des salles de classe.

0
1956
35 % des enseignants du secondaire interrogés estiment ne pas être respectés par les familles. - crédit photo : Syda Productions ©ShutterStock

Dans un sondage* réalisé pour SOS Éducation et publié ce jeudi 19 juin, l’institut Ifop révèle que plus de la moitié des enseignants du secondaire (54 %) sont ou ont été touchés par un épuisement professionnel. 68 % des professeurs interrogés ont d’ailleurs déjà pensé à une reconversion professionnelle.

40 % des enseignants du secondaire affirment se faire insulter

En ce qui concerne le burn-out, 56 % des enseignants du public déclarent être ou avoir été touchés, contre 49 % dans le privé. Cet écart entre les deux secteurs est encore plus important, selon l’enquête, en ce qui concerne le fait d’être insulté et le sentiment d’insécurité. Dans le public, 40 % des professeurs expliquent être la cible d’insultes et 18 % disent ne pas se sentir en sécurité, contre 22 % et 6 % des enseignants exerçant dans le privé.

Les raisons de cet épuisement dans le corps enseignant seraient essentiellement liées à ces violences subies au quotidien. Mais pas seulement. De nombreux enseignants se plaignent des mauvais rapports entretenus avec les parents d’élèves. 35 % des professeurs interrogés estiment ne pas être respectés par les familles. Autre problème pointé du doigt : l’absence de soutien de la hiérarchie, évoquée par 40 % des enseignants du secondaire.

* Cette enquête a été réalisée du 2 au 10 juin 2014 auprès de 501 enseignants du secondaire, extrait d’un échantillon de 603 personnes représentatif des enseignants exerçant dans l’enseignement secondaire et supérieur.

Sur le même thème :

Lire aussi : Comment éviter le burn-out ?

Lire aussi : Création d’un groupe de travail sur le burn-out professionnel

Damien Rigat