Cancer : attention aux viandes transformées

D'après une étude menée en Suisse, les gros consommateurs de viandes transformées auraient plus de risques de mourir prématurément. Ils auraient également tendance à développer des maladies cardiaques et même des cancers.

0
1627
Les consommateurs de viandes transformées auraient plus de risques de mort prématurée ©Fotolia

Manger de la viande oui… mais pas transformée. Voici la conclusion d’une étude menée auprès de 45 000 personnes dans dix pays européens. Publiés dans le journal BMC Medicine, les résultats démontrent que les personnes mangeant quotidiennement du bacon, des saucisses, du salami et autres viandes dites « transformées », auraient plus de risques de contracter des maladies cardiaques ou même des cancers.

D’après les auteurs de cette étude, des chercheurs de l’Université de Zurich (Suisse), les gros consommateurs auraient jusqu’à 44 % de risques en plus de mourir prématurément et 72 % de plus de développer des maladies cardiaques. Ils auraient également 11 % de risques en plus de contracter un cancer, notamment de l’intestin. Toujours d’après les scientifiques, si ces « mangeurs de viande transformée » limitaient leur consommation à 20 grammes par jour, soit l’équivalent d’une tranche de bacon ou de jambon, cela pourrait limite de 3 % les morts prématurées.

Viande transformée : attention au sel

Pourquoi la viande transformée présente-t-elle autant de risques pour la santé ? Comme l’explique Sabine Rohrmann, qui a dirigé l’étude, ce type d’aliments contient énormément de sel, de gras et d’additifs chimiques. Elle souligne également que la consommation de ces viandes est généralement associée à de mauvaises habitudes, telles que le tabac ou encore une alimentation déséquilibrée.

Une étude qui ne devrait pas plaire aux industriels de la viande.

Mathilde Bourge