Cancer de la peau : un nouveau médicament autorisé par l’UE

Les laboratoires Roche viennent de recevoir le feu vert conditionnel de l’Union européenne pour commercialiser l’Erivedge, un médicament permettant de soigner le carcinome basocellulaire, une forme de cancer de la peau.

0
4926
Les États-Unis, la Suisse, l’Australie, Israël, la Corée du Sud, le Mexique et l’Équateur commercialisent déjà l'Eviredge, le médicament des laboratoires Roche contre le cancer de la peau. ©ThinkStock

L’Erivedge est destiné à traiter le carcinome basocellulaire, une forme de cancer de la peau. Ce médicament, développé par les laboratoires Roche, vient de recevoir le feu vert conditionnel de l’Union européenne (UE) pour être commercialisé, selon un communiqué du groupe suisse publié lundi 15 juillet et repris par l’AFP. Il s’agit du tout premier médicament agréé en UE pour soigner les personnes atteintes de ce cancer cutané défigurant, et potentiellement fatal.

Chez certains malades, le carcinome basocellulaire ne touche qu’une zone limitée du corps. Dans ce cas, la maladie est généralement guérissable. Mais lorsque la tumeur s’étend aux tissus environnants, voire jusqu’à d’autres parties de l’organisme, la chirurgie et la radiothérapie ne peuvent plus agir. Voilà pourquoi un tel médicament était attendu par les médecins.

Il faudra encore attendre les résultats d’une grande étude mondiale menée actuellement par les laboratoires Roche sur l’innocuité de l’Erivedge, avant sa mise sur le marché européen. D’autres pays, comme les États-Unis, la Suisse, l’Australie, Israël, la Corée du Sud, le Mexique et l’Équateur le commercialisent déjà.

En savoir plus sur le carcinome basocellulaire. Ce cancer touche principalement les personnes à la peau claire (blondes, rousses…) et est corrélé à une exposition au soleil ou rayons UV artificiels. Pris en charge tôt, il est facilement guérissable, par traitement chirurgical, avec un risque de récidive très faible. En l’absence de traitement, il peut rapidement s’étendre sur une zone élargie de peau et avoir des conséquences graves.

> Lire aussi : De l’aspirine contre le cancer de la peau ?

Thomas Levy