Cancer du cerveau : le Japon homologue l’Avastin

Les autorités japonaises viennent d’autoriser la commercialisation de l’Avastin, un médicament conçu pour traiter un certain type de cancer de cerveau. Une nouvelle annoncée ce lundi par Roche, le laboratoire à l’origine du traitement.

0
1205
L'Avastin est déjà homologués dans plusieurs pays dans le cadre de traitement contre le cancer du rein, du poumon, de l’ovaire et du sein. ©ThinkStock

Une nouvelle étape vient d’être franchie en matière de lutte contre le cancer du cerveau. Ce lundi 17 juin, le laboratoire suisse Roche a déclaré avoir obtenu l’accord du Japon pour commercialiser l’Avastin, un médicament conçu pour traiter une forme agressive de cancer du cerveau.

Japon : l’Avastin homologué pour le traitement des gliomes malins

Le ministère japonais de la Santé, du Travail et des Affaires sociales a décidé d’homologuer l’Avastin, précise le communiqué diffusé par Roche. À condition qu’il soit prescrit en complément d’une chimiothérapie et d’une radiothérapie. Cette homologation concerne le traitement des gliomes malins (forme la plus courante et la plus grave de ce type de cancer), y compris du glioblastome de diagnostic récent (AFP).

> Lire aussi : Lutte contre l’alcoolisme – le baclofène bientôt autorisé

Selon le groupe pharmaceutique, leader dans le secteur de l’oncologie, l’ensemble des malades témoins ayant suivi le traitement Avastin en association avec une radiothérapie et une chimiothérapie à base de témozolomide ont vu leur espérance de vie augmenter de façon significative, sans que le cancer ne progresse pour autant.

L’Avastin est déjà homologué dans plusieurs pays pour d’autres cancers

Roche précise qu’il s’agit là d’une étape importante, les traitements actuellement appliqués pour traiter les gliomes malins étant limités. L’Avastin est déjà homologué dans plusieurs pays dans le cadre du traitement contre le cancer du rein, du poumon, de l’ovaire et du sein.

Au premier trimestre 2013, les ventes du médicament ont généré 1,5 milliard de francs suisses, soit environ 1,2 milliard d’euros (AFP).

> Lire aussi : Cancer du cerveau – un lien avec l’utilisation du portable ?

Damien Rigat