Cancer : la mammographie en 3D, plus performante

Une étude clinique met en avant l'efficacité de la mammographie en 3D. Cette technique permettrait de réduire de 15 % les mauvais diagnostics par rapport à la radiographie habituelle.

0
1783
Si une tumeur du sein est détectée à temps, le taux de survie à cinq ans est, en moyenne, de 97 %. ©ShutterStock

Par comparaison avec un outil en 2D, la mammographie numérique 3D augmente de 41 % le taux de détection des tumeurs mammaires invasives et de 29 % le taux de dépistage de l’ensemble des cancers du sein. Ces données sont les résultats d’une importante étude clinique publiée le 25 juin dans le Journal of the American Medical Association (JAMA). Les chercheurs ont mobilisé près de 500 000 femmes dans treize centres hospitaliers aux États-Unis pour parvenir à cette conclusion.

La mammographie en 3D permet de détecter plus rapidement un cancer

Le dispositif d’imagerie en trois dimensions a été approuvé en 2011 par l’Agence américaine des médicaments (FDA). Un outil prometteur. Les auteurs des travaux précisent qu’il a permis de réduire de 15 % les mauvais diagnostics par rapport à la radiographie classique. Concrètement, l’appareil est une mammographie numérique associée à une imagerie par tomosynthèse, une technique qui permet d’obtenir des images du sein sous différents angles. Les clichés obtenus sont beaucoup plus précis qu’avec le procédé conventionnel.

« Cette étude confirme ce que nous savions déjà, à savoir que la mammographie en 3D dépiste plus de cancers invasifs et évite aux femmes l’anxiété et le coût d’examens supplémentaires pour confirmer ce qui s’avère être une fausse alerte », explique le Dr Donna Plecha, directrice du service d’imagerie du sein à l’hôpital universitaire du Case Medical Center à Cleveland (Ohio). La mammographie en 3D permet de dépister plus rapidement un cancer du sein, « suffisamment tôt quand il est encore traitable », se réjouit-elle (Le Figaro). Si une tumeur du sein est détectée à temps, le taux de survie à cinq ans est, en moyenne, de 97 %, rappellent les chercheurs.

Sur le même thème :

Lire aussi : Mammographie – Des avantages surestimés

Lire aussi : L’échographie, meilleur outil de dépistage que la mammographie

Damien Rigat