Canicule : quel impact sur notre corps ?

Ce mercredi 1er juillet, le thermomètre va grimper haut, très haut. Une chaleur qui risque de perturber notre corps. Rougeurs, crampes, migraines... découvrez les effets possibles de la canicule sur l'organisme et quelques conseils pour les éviter.

0
1741
Pour mieux supporter la canicule, ne vous exposez pas trop longtemps au soleil, buvez régulièrement de l'eau et faites comme cette jeune femme, profitez des fontaines et autres jets d'eau si vous êtes en ville. - photo : Pologne, 2014 - crédit : Praszkiew ©ShutterStock

Gorge sèche, peau collante… Dès le réveil, on a compris. La vague de chaleur qui submerge la France est encore là, bien là. Ce mercredi 1er juillet, la température pourrait atteindre les 39 degrés Celsius à Paris, les 40 en Bourgogne, en Champagne et dans le Périgord. Plus d’une trentaine de départements sont ainsi en vigilance orange au moins jusqu’à demain matin. Peut-être avez-vous déjà ressenti depuis hier une gêne respiratoire ou une sensation de jambes lourdes. Pas d’inquiétude, c’est tout à fait normal : la canicule chamboule notre organisme, peu habitué à ce genre d’excès thermiques. Quels sont ses principaux effets sur notre corps ? Comment les réduire ? Voici un petit récapitulatif.

Canicule : une transpiration excessive peut entraîner une réaction cutanée

La transpiration. C’est le premier effet de la chaleur. Quand le thermomètre dépasse les 30 degrés comme c’est le cas aujourd’hui, les glandes sudoripares peuvent rejeter jusqu’à quatre litre d’eau, contre trois litres en moyenne en temps normal. Pour éviter de trop transpirer, évitez de restez longtemps au soleil, de pratiquer une activité physique – même modérée – et pensez à prendre une bonne douche avant d’affronter les transports et avant de vous coucher.

La gêne respiratoire. En cas de déshydratation, il est possible d’avoir des difficultés à respirer mais aussi des palpitations cardiaques. Essayez alors de trouver un endroit frais pour vous asseoir et buvez de l’eau.

Les rougeurs et la dermite. Les rongeurs sont l’une des affections cutanées pouvant être provoquées par une forte chaleur. Certaines personnes peuvent également avoir la peau plus sèche que d’habitude ou présenter une grande pâleur.

Une transpiration excessive peut également engendrer une dermite, une éruption cutanée de plaques rouges plates ou en relief pouvant être accompagnées de démangeaisons. Si vous êtes concerné, essayer de passer un maximum de temps dans un lieu frais et peu humide, portez des vêtements amples en coton ou en lin car ils laissent mieux respirer la peau et absorbent la sueur. Si vous ressentez une grande gêne, consultez votre médecin traitant : il pourra vous prescrire des antihistaminiques pour soulager la démangeaison.

Canicule : le risque de crampe est plus important

Les jambes lourdes. Cette sensation est due à une mauvaise circulation sanguine. Pour l’atténuer, passez un jet d’eau froide sur vos jambes. Certaines personnes, généralement d’un certain âge, peuvent aussi présenter un œdème au niveau des jambes et/ou des bras par temps chaud. C’est ce qu’on appelle la vasodilatation, soit une augmentation du diamètre des vaisseaux sanguins. Pour tenter d’atténuer ce phénomène, bénin mais dérangeant, isolez-vous dans un endroit frais et surélevez vos jambes et/ou vos bras.

La crampe musculaire. Elle apparaît généralement chez des personnes venant de pratiquer une activité intense (sport, travail physique…) et ayant beaucoup transpiré. Le risque est plus important après plusieurs jours de forte chaleur. La douleur se manifeste souvent dans les bras, les jambes et l’abdomen.

En cas de crampe, étirez le muscle concerné pour vous soulager et reposez-vous pendant plusieurs heures dans un endroit frais. Les médecins recommandent également de boire un jus de fruits dilué dans le l’eau ou une boisson de réhydratation. Pour éviter au mieux l’apparition d’une crampe, buvez beaucoup d’eau et limiter au maximum les efforts trop importants.

Canicule : une exposition au soleil renforce le risque de migraine et d’insolation

La migraine. Elle a plus de chance de se manifester après une exposition prolongée au soleil et en cas de déshydratation. Conseil : mettez-vous à l’ombre et buvez beaucoup d’eau.

L’insolation. Elle est liée à une exposition de la tête au soleil. Elle se traduit par une sensation de fatigue, des maux de tête, des nausées, voire de la fièvre et/ou une perte de connaissance. Si vous êtes en compagnie ou non loin d’une personne présentant ces symptômes, placez-la à l’ombre, aspergez-la d’eau et brassez l’air autour d’elle. Si elle a perdu connaissance, appelez les urgences.

Canicule : le système digestif peut lui aussi être troublé

Le coup de chaleur. Il est caractérisé par une température élevée du corps souvent associée à une migraine, des nausées et/ou des convulsions. Si vous repérez ces différents symptômes chez quelqu’un (proche, collègue, voisin de transport…), il est impératif d’appeler les secours.

Les problèmes de digestion. C’est peut-être l’un des impacts de la chaleur sur notre organisme les moins connus. En cas de manque d’hydratation et de chaleur, le système digestif peut être perturbé. Conséquence : on peut être pris de nausées, de vomissements et de diarrhées plus ou moins aiguës. Afin de limiter les risques, hydratez-vous régulièrement.

La plupart des pathologies présentées ci-dessus peuvent être évitées, du moins atténuées, en buvant beaucoup d’eau tout au long de la journée et en passant un maximum de temps dans un endroit frais, à l’abri du soleil. Pensez, par ailleurs, à aller rendre visite aux personnes âgées et aux personnes malades que vous connaissez (ou à les appeler) pour vous assurer qu’elles se portent bien.

Lire aussi :

Vague de chaleur : les bons gestes à adopter

Canicule et travail : peut-on quitter le bureau quand il fait vraiment trop chaud ?

Cécile David