Cannabis : des intoxications en hausse chez les enfants

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (l’ANSM) alerte sur la hausse des intoxications par ingestion accidentelle de cannabis chez les enfants, et principalement chez les moins de 2 ans.

0
757
Cannabis : des intoxications en hausse chez les enfants ©ShutterStock

247 enfants de moins de 10 ans, dont la majorité sont des petits de moins de 2 ans, ont été hospitalisés en 2014, contre 151 en 2013. Une hausse de plus de 60%, selon les données de la base nationale des hospitalisations (« PMSI »), relayées lundi 19 octobre par l’ANSM. Ces hospitalisations font suite à l’ingestion accidentelle de cannabis dans l’environnement familial et au sein de l’entourage proche, souligne l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé sur son site. Ce phénomène a été mis en évidence par de nombreux médecins, notamment urgentistes, qui ont signalé des cas parfois graves d’intoxications.

L’ANSM note également une « forte disparité régionale » puisque « l’Ile-de-France et les zones du sud (PACA, Rhône-Alpes) sont les plus touchées ».

9 cas graves

Les principaux symptômes constatés sont une somnolence avec des phases d’agitation, des vomissements, des tremblements, des convulsions, une détresse respiratoire, voire un coma qui a failli coûter la vie à neuf enfants entre 2010 et 2014. Aucun décès n’a été recensé ,mais les enfants intoxiqués ont été hospitalisés pendant 24 heures ou plus.

La hausse de la consommation de cannabis en cause

L’Agence nationale établit un lien entre l’augmentation des intoxications pédiatriques et la hausse de la consommation de cannabis dans la population mais aussi celle « des teneurs en tétrahydrocannabinol (THC) du cannabis qui sont de plus en plus élevées. Les moyennes des teneurs en THC ont ainsi été multipliées par 3 environ depuis 15 ans pour atteindre, en 2013, 17,4 % dans la résine et 12,6 % dans l’herbe. »

En cas d’ingestion ou de suspicion d’ingestion de cannabis, les structures d’urgences (SAMU Centres 15) doivent être immédiatement prévenues, rappelle l’ANSM. Elle invite également les professionnels de santé, « devant des troubles neurologiques ou respiratoires inexpliqués chez un enfant ou un nourrisson à faire une analyse toxicologique pour rechercher la présence de cannabis. »

Lire aussi : Cannabis : de nouveaux tests de détection expérimentés

Marine Vautrin