Carrefour baisse ses prix sur 500 produits

Le groupe d'hypermarchés Carrefour s'engage à baisser ses prix sur 500 produits de marques nationales, parmi les plus appréciés des Français. Une volonté affichée de relancer le pouvoir d'achat.

0
3058
magasin carrefour ©Visual PA

Bonne nouvelle pour le porte-monnaie des familles : les magasins Carrefour s’engagent à baisser leurs prix sur des articles de marques nationales. Yaourts, couches, jus d’orange, café, lessive, gel douche… Pas moins de 500 produits, parmi les plus consommés, recevront un nouvel étiquetage. La chaîne se veut encore plus audacieuse en promettant d’être la moins chère. « Si un client trouve le même article à un prix inférieur ailleurs, nous lui rembourserons deux fois la différence », assure Noël Prioux, dans une interview accordée au Parisien, le 20 janvier. En poste depuis huit mois, le directeur exécutif de Carrefour France bouscule la stratégie commerciale du groupe et instaure une politique de « prix bas toute l’année », en plus des promotions habituelles.

Redonner du pouvoir d’achat aux Français

L’année 2011 a été difficile d’un point de vue économique pour les Français, et par conséquent, pour les hypermarchés. Carrefour, notamment, a enregistré une baisse de fréquentation de ces magasins. Le 8 mars prochain, le numéro deux mondial de la grande distribution, derrière l’Américain Wal Mart, devrait annoncer un recul de 15 à 20 % de son résultat opérationnel sur l’année dernière. Pour relancer la machine, Noël Prioux juge important de « rassurer les Français qui sont inquiets sur leur pouvoir d’achat ». Selon lui, l’offensive engagée sur les prix devrait permettre aux clients de réaliser entre 3 et 4 % d’économie sur leur caddie.

Les fournisseurs vont devoir s’y faire

Alors que l’Insee a enregistré une inflation de 2,5 % sur les produits de grande consommation en 2011, due à l’augmentation de certaines matières premières et de l’énergie, Carrefour se félicite de n’avoir augmenté ses prix « que » de 1,8 % cette année. Noël Prioux espère faire aussi bien, voire mieux, en 2012. Seul hic : les fournisseurs ont aussi leur mot à dire. « Ils nous réclament des hausses de prix de l’ordre de 5 %. Certaines peuvent se justifier, comme pour le sucre, car les cours des matières premières s’emballent, mais la majorité sont tout à fait inappropriées ! », accuse le dirigeant. Malgré la pression des fournisseurs, espérons que Carrefour parvienne à tenir ses promesses.

Julie Toury