Cécile Duflot s’emporte et insulte un journaliste de « c… »

Enervée contre un article de L’Union paru ce mercredi et la qualifiant notamment de « tête à claque » et « d’autiste », Cécile Duflot, la secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts, s’en est pris à son auteur, écrivant sur son compte Twitter: « Pas un journaliste, mais un connard ». Un message qu’elle a rapidement retiré.

0
3691

Cécile Duflot a littéralement pété les plombs sur Twitter ! La secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) a insulté mercredi un journaliste du quotidien régional L’Union, en écrivant sur son compte « Pas un journaliste, mais un connard ». Des propos violents qui ne correspondent pas au standing d’une personne occupant sa position, surtout en cette période de campagne présidentielle.

« Une tête à claque » au « regard bovin »

Il faut dire que l’article du journaliste en question, Bruno Testa, en date lui aussi de mercredi, était loin d’être élogieux puisqu’il qualifiait Mme Duflot de « tête à claques », « d’autiste » et évoquait son « regard bovin ». Le titre annonçait déjà la couleur : « Cécile Duflot à côté de la plaque dans la Marne». Le lendemain il avait récidivé par un nouveau papier la décrivant comme « menteuse » et prétentieuse puisqu’elle aurait déclaré ne « rien avoir à apprendre d’un journaliste d’extrême droite ». Le journaliste était clairement remonté contre l’écologiste qu’il avait rencontré à Reims le mardi 31 janvier lors de son passage pour soutenir La candidature d’Eva Joly à la présidentielle.

« Plus la peine de m’insulter pour que je vous fasse de la publicité comme une bêtasse »

La réaction de Cécile Duflot n’était donc pas aussi illégitime devant des propos aussi virulents mais ce n’était clairement pas la réaction adéquate. Elle s’en est d’ailleurs rendu compte très vite et a retiré rapidement son tweet. Elle a tenu a le remplacer par un message plus diplomate : « plus la peine de m’insulter pour que je vous fasse de la publicité comme une bêtasse », et de rajouter qu’elle « aime la presse locale et régionale ».

Le message n’a pas eu une résonnance médiatique très importante, et heureusement pour EELV dont la campagne menée par Eva Joly piétine en ce moment. Faut-il y voir le signe que l’écologie intéresse peu les Français en vue de l’élection présidentielle ?

Adrien Guiset