Cervantès : les ossements enfin identifiés

Des archéologues ont retrouvé les restes de Miguel de Cervantès, l’auteur de « Don Quichotte », dans l’église des Mères Trinitaires, dans le centre historique de Madrid.

0
1977
C’est désormais officiel : le cercueil frappé des initiales « M.C », découvert dans la crypte invisible de l’église des Mères Trinitaires sont bien ceux de l’auteur de Don Quichotte. ©ShutterStock

« L’espoir d’un prochain héritage suffit pour adoucir, dans le cœur du légataire, le sentiment du regret que devrait y laisser la perte du défunt », Don Quichotte, Miguel de Cervantès.

Le poète, romancier et dramaturge espagnol ne s’y trompait pas. Aujourd’hui, la découverte archéologique de ses ossements dans l’église des Mères Trinitaires, à Madrid (Espagne) vient confirmer les dires du célèbre écrivain.

Si l’annonce a été faite ce mardi 17 mars, les fouilles elles ont commencé il y a plus d’un an. Francisco Etxeberria, l’anthropologue directeur de l’équipe scientifique chargée des recherches, se félicite : « Après analyse de toute information, il est possible de considérer que parmi les fragments de la réduction découverte dans le sol de la crypte de l’actuelle église des Trinitaires se trouvent certains appartenant à Miguel de Cervantès ».

Une particularité à la main gauche

C’est désormais officiel : le cercueil frappé des initiales « M.C », découvert dans la crypte invisible de l’église des Mères Trinitaires sont bien ceux de l’auteur de Don Quichotte. Un travail méticuleux et de longue haleine qui n’a en rien découragé les archéologues. Ils disposaient de nombreux indices pour identifier « le Grand Homme du Siècle d’or ». « Nous recherchions un squelette d’homme, environ 1m70, qui avait six dents, ou moins, portant des [traces de] lésions à l’intérieur du bras et à la main gauche, ne relevant pas de l’amputation, mais interdisant l’usage normal du bras ». Une particularité qui a fait la différence.

Miguel de Cervantès a été blessé à la bataille navale de Lépante, de deux coups d’arquebuse qui lui ont paralysé de la main gauche. L’auteur avait été enterré dans ce quartier de Madrid en avril 1616, mais on ignorait le lieu exact de sa sépulture, perdue au fil de l’histoire et des travaux d’agrandissement de l’église.

Pour autant, si le conditionnel n’est plus d’usage, « il n’y a [toujours] pas d’identification confirmée par la voie génétique ».

Laurie Ferrère