Cerveau : pourquoi la musique lui fait du bien ?

Les enfants qui suivent des cours de musique développeraient mieux certaines capacités cérébrales, par rapport aux non-musiciens. Des chercheurs américains sont parvenus à identifier clairement les zones du cerveau concernées.

0
5662
Les chercheurs ont observé chez les enfants musiciens une activité plus intenses dans des zones du cortex préfrontal, partie du cerveau impliquée dans les fonctions exécutives. - crédit photo : Zaretska Olga ©ShutterStock

Une équipe de chercheurs en neurosciences de l’Université de Harvard et du Boston Children’s Hospital (États-Unis) est parvenue à en savoir un peu plus à propos de l’impact de la musique sur le développement du cerveau. La pratique régulière d’un instrument dès l’enfance améliorerait les fonctions exécutives du cerveau, qui permettent de s’adapter à des situations nouvelles ou compliquées et à prendre les bonnes décisions.

L’impact de la musique sur le cerveau observé avec précision

Des travaux ont déjà mis en avant le fait que les musiciens, enfants ou adultes, présentaient souvent de meilleurs performances cognitives par rapport au reste de la population. Mais, jusqu’ici, il était compliqué de savoir si cela était directement lié à la pratique d’un instrument ou à d’autres facteurs, les musiciens étant souvent issus d’un milieu social et économique favorisé.

Une quinzaine d’enfants musiciens et une douzaine de filles et de garçons non-musiciens ont été mobilisés dans le cadre de cette nouvelle étude. Tous avaient un quotient intellectuel (QI) et un niveau socio-économique équivalent. Les enfants du premier groupe pratiquaient la musique, en moyenne, au moins depuis cinq ans à raison de trois heures et demie par semaine. Les scientifiques ont tenu à prendre en considération le QI des témoins car des travaux ont établi un lien entre le QI et les fonctions exécutives.

Par le biais d’examens par imagerie cérébrale, les chercheurs ont observé chez les musiciens une activité plus intense dans des zones du cortex préfrontal, partie du cerveau impliquée dans les fonctions exécutives.

Pour un enseignement musical dans les écoles

D’après les observations des chercheurs, la pratique de la musique aurait des effets positifs sur deux des processus regroupés sous le terme « fonctions exécutives » : la flexibilité mentale (capacité d’adaptation) et l’actualisation de la mémoire (mise à jour automatique d’informations nouvelles sur un domaine ou un sujet précis). Grâce à la pratique d’un instrument, les enfants augmentent ainsi leur chance de réussir à l’école. Développer l’enseignement musical au sein des établissements scolaires est essentiel, insistent les auteurs de l’étude.

Sur le même thème :

Lire aussi : Être insensible à la musique, c’est possible ?

Lire aussi : Pourquoi la musique freine le vieillissement ?

Damien Rigat