Chikungunya aux Antilles : le ministère renforce la mobilisation

L'épidémie de chikungunya en Guadeloupe et en Martinique ne cesse de progresser. Avec l'arrivée de la saison des pluies, la situation risque d'empirer. Pour contrer la maladie, le ministère des Affaires sociales a décidé de renforcer la mobilisation.

0
4384
Depuis décembre, le chikungunya est à l'origine de 407 hospitalisations et de 30 décès sur un total de 90 000 personnes infectées en Guadeloupe et en Martinique. - photo : moustique-tigre - crédit : AlessandroZocc ©ShutterStock

90 000. C’est le nombre de personnes touchées par le chikungunya en Guadeloupe et en Martinique depuis le mois de décembre. L’épidémie n’a toujours pas été résorbée et risque même de s’accentuer. Le ministère de la Santé a pris le décision de « renforcer la mobilisation » en raison de l’arrivée de la saison des pluies aux Antilles, qui va favoriser la prolifération des moustiques-tigres, vecteurs du virus. Autre source d’inquiétude : l’afflux important de touristes à l’approche des vacances scolaires, qui augmente le risque de propagation de la maladie. «  Nous sommes face à une épidémie de grande ampleur mais nous n’avons pas encore atteint le pic », prévient Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales (AFP).

Chikungunya : Marisol Touraine prévoit l’envoi d’une équipe de renfort

Les autorités sanitaires vont, par ailleurs, devoir faire face au départ en vacances des médecins de Guadeloupe et de Martinique en juillet et en août. Si l’épidémie progresse encore, le manque de professionnels de la santé pourrait sérieusement poser problème. Pour tenter d’améliorer cette situation préoccupante, Marisol Touraine serait en train de réfléchir à l’envoi de renforts médicaux. Un plan spécial pourrait être mis en place par les autorités pour mobiliser des médecins retraités volontaires. La ministre prévoit également d’envoyer dans les jours à venir des équipes de pompiers dans les Antilles pour aider à la lutter contre les moustiques-tigres.

Chikungunya aux Antilles : 407 hospitalisations et 30 décès depuis décembre

Afin de sensibiliser au mieux les citoyens et ainsi limiter le nombre de comportements à risque, le ministère a saisi le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour lui «  demander de faire diffuser dans les territoires concernés des messages d’information et de prévention à destination de la population ».

Le chikungunya, ou « la maladie de l’homme courbé », se caractérise par d’importantes douleurs articulaires et musculaires et de fortes fièvres. Dans la plupart des cas, cette maladie infectieuse est bénigne mais elle peut être mortelle pour les personnes affaiblies. Depuis décembre, elle est à l’origine de 407 hospitalisations et de 30 décès sur un total de 90 000 personnes infectées en Guadeloupe et en Martinique, indique le ministère des Affaires sociales.

Sur le même thème :

Lire aussi : Le moustique-tigre, danger numéro 1 de l’été

Lire aussi : Moustique-tigre – Alerte dans le sud de la France

Damien Rigat