Chikungunya : la Guadeloupe s’inquiète

L'épidémie de chikungunya ne cesse de progresser en Guadeloupe. L'actuel niveau épidémique correspond à celui qui était initialement prévu pour le mois prochain. L'inquiétude monte.

0
4151
Chikungunya - Le niveau épidémique aujourd'hui atteint en Guadeloupe était attendu pour juillet-août. - crédit photo : Elliotte Rusty Harold ©ShutterStock

La Guadeloupe est touchée par une sérieuse épidémie de chikungunya, dont l’intensité augmente jour après jour. Depuis décembre 2013, date à laquelle ont été signalés les premiers cas de chikungunya dans l’archipel, environ 24 000 personnes ont été touchées par la maladie. La semaine dernière, 5 190 nouveaux malades ont été recensés, précise l’Agence régionale de santé (ARS) et la préfecture.

Chikungunya : la population invité à éradiquer les eaux stagnantes

Chaque commune doit mettre au point et lancer des plans d’action adaptés à la situation, a déclaré vendredi Nicolas Martrenchard, directeur de cabinet de la préfète de Guadeloupe. Par le biais d’une campagne de communication (radio et télé), les autorités invitent la population à supprimer les eaux stagnantes (vases, coupelles de pots de fleurs, pneus usagés, etc.), favorisant la prolifération des moustiques porteurs du virus. Elles s’apprêtent, par ailleurs, « à mobiliser le système de soins pour augmenter les plages horaires de consultation » des médecins de ville, a indiqué Monsieur Mertrenchard.

Le mois de juin correspond au début de l’hivernage, la saison des Caraïbes où il pleut le plus. Le niveau épidémique aujourd’hui atteint « était attendu pour juillet-août », indique Patrice Richard, directeur général de l’ARS.

Le chikungunya – ou maladie de l’homme courbé – est transmise à l’homme par le moustique. Elle se manifeste par d’importants maux de tête et des fièvres ainsi que des douleurs musculaires et une grande fatigue.

Sur le même thème :

Lire aussi : Moustique-tigre – 52 départements surveillés à l’approche du Mondial

Lire aussi : Pourquoi doit-on se méfier du moustique-tigre ?

Damien Rigat