Chômage : très forte hausse de 1,2% en mai

Le ministère du Travail et Pôle emploi ont annoncé mardi que, pour le treizième mois consécutif, le chômage avait augmenté en France et atteint le niveau d’août 1999.

0
1287
Chômage : très forte hausse de 1,2% en mai ©ThinkStock

En même temps qu’il annonçait une hausse de 2 % du Smic, le gouvernement faisait état, hier, de l’augmentation du nombre de chômeurs en France au mois de mai. C’est environ 2,92 millions de Français qui sont touchés par le chômage au mois de mai.

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A à Pôle emploi a augmenté de 1,2 % en mai. Cette augmentation se traduit par 33 300 nouveaux chômeurs sur un mois seulement. Depuis octobre 2009, la France n’avait pas connu une augmentation aussi importante de son nombre de chômeurs.

2 922 100 chômeurs en France en mai

En France, au mois de mai il y avait 2 922 100 chômeurs de catégorie A inscrits à Pôle emploi. Les chômeurs de la catégorie A n’exerce absolument aucun travail, tandis que ceux des catégories B et C exercent une activité réduite. En tenant compte alors des demandeurs d’emploi des catégories B et C, le nombre de chômeurs augmente de 0,7 % au mois de mai. Cela se traduit par 28 600 demandeurs d’emploi supplémentaires.

« Ces chiffres confirment une tendance très négative, artificiellement atténuée ces derniers mois par la concentration des contrats aidés sur le 1er semestre et le retard de l’annonce des plans sociaux », a expliqué le ministère du Travail.

Sur un an, le nombre de demandeurs d’emploi, des catégories A, B et C confondues, atteint 4 347 100. Et si on y ajoute les départements d’Outre-mer, le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B et C est de 4 621 000. Après treize mois consécutifs de hausse du chômage en France, le nombre total de demandeurs d’emploi atteint aujourd’hui est le plus haut depuis août 1999.

« Le gouvernement entend agir de façon vigoureuse pour faire face à l’urgence sociale mais aussi préparer l’avenir en agissant de façon structurelle pour l’emploi et la formation », déclare le ministère du Travail.

Maëla Priolet