Coma : une nouvelle technique pour évaluer le niveau de conscience

Conscient mais incapable de bouger, c’est le cas d’un grand nombre de patients paralysés ou dans le coma. Pour les détecter, des chercheurs ont inventé une technique de mesure du niveau de conscience.

0
4051
Pour mesurer le niveau de conscience, les médecins obtiendront un score entre 0,1 et 0,7. ©ThinkStock

Pourra-t-on bientôt savoir si un proche dans le coma nous entend ? C’est ce que pense une équipe de chercheurs américains et européens ayant mis au point une nouvelle technique permettant d’évaluer le niveau de conscience des personnes qui se trouvent dans l’incapacité de communiquer, à cause d’une anesthésie ou d’un coma.

Coma : détecter les patients conscients

Publiée dans la revue américaine Science Transnational Medicine, leur étude décrit un dispositif magnétique externe envoyant des stimulations au cerveau et un électroencéphalogramme enregistrant simultanément les réactions des neurones. En fonction des résultats obtenus, l’ordinateur calcule ensuite un score évaluant la conscience du patient.

Certains sont dans un état presque végétatif mais d’autres sont seulement incapables de bouger et de parler, tout en restant sensibles aux stimuli extérieurs. La méthode classique ne permettait pas de les repérer. Les médecins demandaient simplement aux patients inconscients de serrer leur main ou d’ouvrir les yeux.

Une nouvelle méthode qui fait polémique ?

La nouvelle méthode « a l’avantage d’être totalement objective, sans être dépendante des capacités sensorielles ou motrices du patient», précise Steven Laureys, spécialiste du coma à l’Université de Liège et coauteur de l’étude.

Mais elle s’appuie sur une théorie de la conscience très provocatrice et controversée. Mise au point il y a quelques années par l’un des auteurs, Giulio Tononi, elle se base sur l’idée que la conscience est liée à la capacité du cerveau d’intégrer de grandes quantités d’informations.

Coma : le niveau de conscience résumé dans un score ?

Lors des tests, les chercheurs ont évalué cette capacité avec des scores compris entre 0,1 et 0,7, prenant en compte l’action coordonnée de zones neuronales distinctes. Les examens ont été réalisés sur une cinquantaine de personnes éveillées, endormies, anesthésiées puis dans le coma. Les patients végétatifs obtenaient le score de 0,3, les patients éveillés 0,5 ou plus et ceux dans un état intermédiaire entre 0,3 et 0,5.

« Je ne vais pas prétendre que cette nouvelle théorie de la conscience est exhaustive, définitive et absolue, mais toutes les mesures que nous avons faites n’arrivent pas à la mettre en défaut, ce qui est très prometteur pour une possible application clinique à l’avenir », conclut Steven Laureys.

> Lire aussi : L’anesthésie générale augmenterait les risques de démence 

Charlotte Loisy