Combien coûte un ancien président à l’État ?

Bien qu'il ne soit plus président de la République, Nicolas Sarkozy continue de percevoir près de 2 millions d'euros par an pour gérer une partie de son quotidien (loyer, personnel...). Le site Mediapart vient de déballer les factures.

0
6386
Nicolas Sarkozy dans les tribunes du Parc des Princes, le 18 janvier 2015, lors du match de foot PSG-Evian. ©Sipa

Lorsqu’ils quittent l’Élysée, les anciens présidents de la République continuent de percevoir des indemnités (6 000 euros par mois), mais également de nombreux avantages en nature, dont le montant s’élèverait entre 1,5 et 2 millions d’euros par an. Fin décembre, plusieurs députés socialistes réclamaient que le principal chef de l’opposition, Nicolas Sarkozy, abandonne ses privilèges. Garde du corps, loyer, frais de bouche… de quoi parle-t-on précisément ? Le site Mediapart vient de publier une liste détaillée des factures de l’ex-chef de l’État, réglées par les contribuables français.

Loyer, essence, meubles… on lui paie tout !

Le lendemain de sa défaite à l’élection présidentielle de mai 2012, Nicolas Sarkozy a investi 320 m² de bureaux rue de Miromesnil, dans le très chic 8e arrondissement de Paris. Le déménagement et l’aménagement (achat de nouveaux meubles, renouvellement du parc informatique et téléphonique…) ont respectivement coûté 8 513 et 56 724 euros à l’État. Le loyer, d’un montant de 16 000 euros par mois, soit 196 092 euros par an, ainsi que l’entretien des locaux, environ 215 000 euros par an, sont également pris en charge.

Pour se déplacer, l’ancien président dispose d’une Citroën C6V6 HDI Exclusive de fonction, achetée 44 140 euros. Il n’en paie ni le carburant, dont la facture s’élève à 4 046 euros par an, ni l’entretien, revenant à 5 301 euros par an.

Mais le plus gros poste des dépenses reste le salaire de ses collaborateurs. Dix personnes (deux chauffeurs, deux gardes du corps, un intendant et cinq conseillers), touchant entre 5 247 et 7 020 euros par mois, sont mis à la disposition de Nicolas Sarkozy depuis deux ans et demi. Au total, 660 000 euros nets par an seraient consacrés à leur rémunération. Parmi ces conseillers figure notamment Consuelo Remmert, la demi-soeur de Carla Bruni, l’épouse de l’ex-président.

Des dépenses mal perçues

Ces avantages dont profitent les anciens chefs de l’État émanent d’une « décision » signée par Laurent Fabius en 1985, lorsqu’il était Premier ministre de François Mitterrand. Aujourd’hui, dans un contexte de crise économique, ils sont plutôt mal perçus, d’autant plus concernant Nicolas Sarkozy, qui a repris fin novembre les rênes de l’UMP, principal parti de l’opposition.

Sa conseillère en communication Véronique Waché assure à Mediapart que ces privilèges lui sont dus : « Il reste ancien président. La circulaire de 1985 s’applique donc, comme pour Chirac et Giscard. Il travaille trois jours par semaine à l’UMP et deux jours rue de Miromesnil. » Elle précise que l’organisation a été dédoublée pour « pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïtés ».

Lire aussi :

Les privilèges de Nicolas Sarkozy en tant qu’ancien président

Les résidences de Nicolas Sarkozy

Thomas Levy