Comment la queue du lézard repousse-t-elle ?

Des scientifiques sont parvenus à percer le secret de la queue du lézard, capable de repousser quand on la coupe. Encore une histoire de gènes...

0
2747
Il faut 60 jours au lézard pour retrouver une queue normale. ©ShutterStock

Ce n’est pas une découverte : la queue du lézard repousse quand on la coupe. Jusqu’à aujourd’hui, la science n’avait pas encore apporté d’explications à ce phénomène. Des chercheurs ont finalement compris le mécanisme de la régénération de ce membre. Leurs travaux, publiés le 20 août dans la revue Plos One, pourraient même ouvrir la voie à de nouveaux traitements thérapeutiques chez l’homme.

Le secret de la queue des lézards se situe au niveau de leur ADN. Les scientifiques ont scanné les 23 000 gènes du Anolis carolinensis (un lézard d’une vingtaine de centimètres) pendant la repousse de son appendice, afin d’isoler ceux qui en sont responsables. Ils ont réussi à identifier pas moins de 326 gènes participant au phénomène !

Une nouvelle queue en 60 jours

Il faut dire que le travail de régénérescence n’est pas une mince affaire et implique une bonne partie de l’organisme. « Nous pensions que la régénération était localisée au bout de la queue qui pousse. Au lieu de cela, les cellules sont divisées en plusieurs poches incluant les muscles, le cartilage, la moelle épinière et la peau. Et ça, tout au long de la queue », explique Kenro Ksumi, l’un des auteurs de l’étude et professeur de Science de la vie à l’université de l’Arizona (États-Unis) au Huffington Post (en anglais). Il faut en moyenne 60 jours à un lézard pour retrouver une queue digne de ce nom.

L’étude précise que cette découverte pourrait être utile à l’homme. En effet, presque tous les 326 gènes identifiés chez le lézard sont présents dans l’ADN humain. Les chercheurs préviennent tout de suite qu’il ne sera pas possible de faire repousser un membre amputé, mais peut-être de développer des traitements thérapeutiques contre certaines malformations congénitales, les lésions de la moelle épinière ou encore l’inflammation des articulations. « Les lézards créent beaucoup de ce cartilage dans leurs queues en régénération, précise Kenro Kusumi. Nous espérons que ce procédé pourra être activé pour soigner l’arthrite chez l’être humain. »

Voir aussi : DIAPO – Ces lézards ont le groove

Lire aussi : Un fossile de lézard… avec une queue de requin

Thomas Levy