Comment monter sa propre crèche?

Elles sont bondées en ville et manquantes en milieu rural… Pourquoi ne pas créer votre crèche à vous? Pas à pas, notre guide antigalère.

0
16630
Comment monter sa propre crèche? ©ThinkStock

Elles sont nées à la fin des années 1970, dans la mouvance de Mai 1968 et de ses « crèches sauvage s», structures gérées par des parents porteurs de nouvelles valeurs éducatives. Reconnues et agréées, les crèches parentales sont devenues au fil des ans, des institutions comme les autres, soutenues par les pouvoirs publics. Aujourd’hui, alors qu’il manquerait 200 000 places en crèche en France, elles restent une réponse parmi d’autres à la pénurie. Sur 10200 établissements d’accueil collectif (crèches municipales, haltes-garderies, jardins d’enfants…), 688 sont des crèches parentales, gérées par des associations de parents. Alors que le gouvernement envisage de réformer l’accueil de la petite enfance, en augmentant la capacité d’accueil des crèches sans gonfler les effectifs, des voix s’élèvent pour défendre la qualité de l’encadrement.

  • SOS !

L’ Association des collectifs enfants parents professionnels (Acepp), vous accompagne dans l’élaboration de votre projet de crèche.<
www.acepp.asso.fr

Faire l’état des lieux

Avant de vous lancer, bille en tête, dans la création d’une crèche, assurez-vous que dans votre commune le besoin de places en crèche dépasse votre cas particulier. Dans le cas contraire, vous aurez du mal à obtenir des subventions. Touchez-en un mot au directeur de l’action sociale qui peut être une bonne source d’information.

  • La source fiable !

L’idéal est de contacter le responsable de la petite enfance à la mairie. Il sait exactement si la liste d’attente pour la crèche municipale est longue ou pas.

Organiser une réunion

Faites savoir, en passant par le centre socio-culturel du quartier ou en envoyant un courrier aux parents potentiellement intéressés désignés par le service social, que vous organisez une réunion d’information. Préparez cette réunion de façon à pouvoir expliquer le concept de la crèche parentale et les étapes à suivre. Précisez bien qu’il faut compter au moins 6 mois avant l’ouverture.

  • Le bon réflexe

Il est important que les familles comprennent qu’on ne rejoint pas une crèche parentale en simple consommateur. C’est une aventure qui se vit à plusieurs. Par ailleurs, il est décisif d’ inviter l’adjoint au maire chargé de la petite enfance. Plus on implique les pouvoirs publics locaux, mieux c’est.

Rechercher un local

Ne vous lancez pas dans la recherche d’un logement dans le privé car cela impliquerait des frais supplémentaires, l’obtention d’un accord du propriétaire voire des copropriétaires, etc. Persuadez plutôt le maire ou son adjoint de vous octroyer un lieu. Les communes disposent souvent d’espaces inoccupés (anciens logements d’instituteurs, réserves immobilières…) et peuvent aussi vous aider à obtenir un logement en HLM au rez-de-chaussée.

  • Le coup de pouce !

Faites la visite avec le médecin de la PMI (protection maternelle infantile) ou son assistant. C’est lui qui donnera son agrément pour la transformation des locaux en crèche et mentionnera les éventuels travaux à faire (prises de sécurité, cache-radiateurs, etc.). Si vous hésitez entre deux sites, montrez-lui les deux!

Se constituer en Association Loi 1901

Il ne faut pas tarder à créer une Association Loi 1901. En effet, une crèche parentale, c’est une association qui reçoit, en tant que telle, des subventions, emploie du personnel, ouvre un compte bancaire, signe des conventions, etc. Il est important de déterminer qui fait quoi dans la structure, en tenant compte des compétences de chacun.

  • Le bon contact

La déclaration se fait selon les départements en préfecture ou en sous-préfecture. Il est recommandé de se rapprocher du bureau des associations qui indique toutes les formalités à suivre.

Obtenir l’agrément

Obtenir l’ agrément permet d’avoir des subventions (du Conseil Général, de la Caf, de la commune…). C’est le service départemental de protection maternelle et infantile (SDPMI) qui émet un avis sur l’ensemble du projet: locaux, responsable technique, programme éducatif. Une demande d’agrément au président du conseil général doit également être faite. Il n’est pas rare de devoir lui fournir un état des lieux des besoins, le règlement intérieur, le plan des locaux, une lettre des parents s’engageant à participer à la vie de la crèche, le budget prévisionnel, les coordonnées du médecin référent ainsi que le rapport de la commission de sécurité.

  • Le nombre exact !

Vous devrez préciser, dans un courrier, combien d’enfants seront accueillis dans la crèche. En général, c’est jusqu’à vingt enfants même si la plupart des crèches parentales en acceptent seize.

Glaner des subventions

Les principales sources de financement sont le Conseil Général, la Caf et parfois les communes. Les dotations de la Caf varient de 7400 à 14000€ par place en aide à l’investissement et à 3, 63€ de l’heure par place en aide au fonctionnement. Les subventions du Conseil Général changent d’un département à l’autre. Sachez que les parents ne payent pas plus qu’en crèche municipale.

  • L’itinéraire bis

Le soutien des collectivités territoriales peut aussi passer par l’affectation de personnel, la prestation de services comme la livraison des repas, l’entretien des locaux, etc.

Alexandra Da Rocha